Actes de "sabotage" contre des navires pétroliers au large des Emirats

L'Arabie saoudite a annoncé lundi que deux de ses pétroliers figuraient parmi des navires attaqués au large des Emirats arabes unis et dénoncé une tentative de mettre en péril la sécurité des livraisons mondiales de pétrole, dans un contexte de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran. /Photo prise le 13 mai 2019/REUTERS/Satish Kumar

DUBAI (Reuters) - L'Arabie saoudite a annoncé lundi que deux de ses pétroliers figuraient parmi des navires attaqués au large des Emirats arabes unis et dénoncé une tentative de mettre en péril la sécurité des livraisons mondiales de pétrole, dans un contexte de tensions entre les Etats-Unis et l'Iran.

Selon un communiqué diffusé dimanche par le ministère émirati des Affaires étrangères, quatre navires de commerce ont été visés par des "opérations de sabotage" dans les eaux proches de l'émirat du Foudjaïrah, situé à la sortie du détroit d'Ormuz, voie maritime vitale pour le commerce du pétrole.

Les navires visés, ont précisé lundi les Emirats, sont le supertanker Amjad ainsi que le tanker Al Marzoqah, propriétés de la compagnie de transport maritime saoudienne Bahri, ainsi qu'une barge battant pavillon émirati, l'A.Michel, et un navire enregistré en Norvège et transportant des produits pétroliers, le MT Andrew Victory.

Thome Ship Management, qui possède le MTV Andrew Victory, a déclaré que le navire avait été "heurté par un objet inconnu". Des images vues par Reuters montrent un trou dans la coque au niveau de la ligne de flottaison. Des plongeurs inspectent les navires endommagés, a pu constater un journaliste de Reuters.

Dans un communiqué transmis par l'agence de presse officielle saoudienne SPA, le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a indiqué que cette attaque n'avait fait aucune victime ni provoqué de déversement de pétrole. Des dommages importants ont été causés à la structure de l'un des deux navires, a-t-il précisé.

Les Emirats n'ont fourni aucun détail sur la nature de ces actes de sabotage. On ne dispose à ce stade d'aucune information sur les auteurs des ces "sabotages". Aucune précision n'a pu être obtenue auprès du commandement de la Ve Flotte américaine, basée au Bahreïn.

L'incident est survenu dans une phase d'escalade des tensions dans cette région du Golfe, où l'armée américaine a déployé des moyens militaires supplémentaires face à ce que Washington qualifie de menace iranienne.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a qualifié les incidents de "préoccupants et terribles" et réclamé une enquête.

Sur Twitter, le député iranien Heshmatollah Falahatpisheh, qui préside la commission parlementaire de la Sécurité nationale, a estimé que ces explosions démontraient que la sécurité des Etats du Golfe est aussi fragile que "du verre".

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a mis en garde contre les risques d'un "conflit survenant par accident".


(Maher Chmaytelli et Alexander Cornwell, avec Rania El Gamal à Dubaï et Babak Dehghanpisheh à Genève; Henri-Pierre André, Jean Terzian et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)