Les actes anti-musulmans en forte hausse en 2020 en France

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Une femme musulmane à Sarcelles en février 2016 (Photo d'illustration) - JOEL SAGET
Une femme musulmane à Sarcelles en février 2016 (Photo d'illustration) - JOEL SAGET

Un responsable du Conseil français du culte musulman (CFCM) recense, dans son bilan annuel sur l'islamophobie publié ce jeudi, une forte hausse des agressions et menaces anti-musulmans en 2020 et se dit "préoccupé par le regard négatif" porté sur cette religion.

"Nous appelons à ce que notre religion et l'exercice de son culte soient considérés et traités avec les mêmes principes et règles qui régissent les religions et cultes historiquement installés en France", a dénoncé dans un communiqué, Abdallah Zekri, délégué général du CFCM et président de l'Observatoire national de lutte contre l'Islamophobie.

Les lieux de culte musulmans ciblés

Selon son bilan, les actes anti-musulmans ont connu en 2020 une hausse de 53% sur un an, soit 235 actes, dont les trois-quarts relèvent de "menaces". Les chiffres officiels pour 2020, établis par le ministère de l'Intérieur, n'ont pas encore été rendus publics.

Selon le recensement de l'Observatoire et malgré les deux confinements, les atteintes visant les lieux de culte musulmans ont bondi de 35% et trois cimetières ont été ciblés en 2020 contre sept en 2019. Les régions les plus touchées sont l'Ile-de-France, Paca et Rhône- Alpes.

"Ces chiffres ne reflètent pas la réalité car beaucoup de responsables de lieux de culte ne souhaitent pas porter plainte, considérant, à tort ou à raison, que les enquêtes aboutissent rarement", commente également Abdallah Zekri.

Il cite ainsi la réception de plus de 70 courriers d'insultes ou de menaces reçus au CFCM ou au domicile de certains de ses responsables sur l'année. En plein débat parlementaire sur le projet de loi contre le "séparatisme" et les moyens de lutter contre l'islamisme radical, Abdallah Zekri dénonce plus généralement un climat général "malsain et indigne" et appelle chaque responsable religieux, "quelle que soit sa religion, à dénoncer le racisme, l'antisémitisme et l'islamophobie".

Article original publié sur BFMTV.com