"Des actes abjects": Olivier Véran condamne l’agression du directeur général du CHU de Guadeloupe

·1 min de lecture
Le ministre de la Santé Olivier Véran, à Paris le 26 août 2021 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP
Le ministre de la Santé Olivier Véran, à Paris le 26 août 2021 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Après la violente attaque subie par Gérard Cottellon, directeur général du CHU de Guadeloupe, Olivier Véran a condamné "avec la plus grande fermeté" cette agression. Ce mardi, Gérard Cottellon a été violenté, séquestré dans ses bureaux et a du être exfiltré par la police lors de tensions autour de la question de l'obligation vaccinale des soignants.

Le ministre des Solidarités et de la Santé a dénoncé des actes "abjects" et "inacceptables" à l’encontre de "professionnels mobilisés plus que jamais pour la protection de la santé des Guadeloupéens".

Olivier Véran a par ailleurs salué "des professionnels qui (...) malgré les intimidations et les menaces, ont continué d’accompagner dans le dialogue tous les soignants pour qu’ils se protègent et protègent ainsi leurs patients".

Violences sur fond d'opposition anti-vaccin

En effet, Gérard Cottellon, tout comme son adjoint, Cédric Zolezzi, a été molesté et séquestré au CHU de Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, ce mardi. Ce n'est pas la première fois que ces locaux administratifs sont pris pour cible dans le cadre de cette mobilisation.

La Guadeloupe fait face, depuis plusieurs mois, à des vagues de protestations contre le pass sanitaire et contre l'obligation vaccinale des soignants, pourtant à 90% vaccinés, selon le ministre.

"Une idéologie ne justifiera jamais qu'un groupe d’individus séquestre et frappe un directeur d’hôpital, qui se bat sans relâche depuis des mois pour sauver nos concitoyens", a-t-il martelé dans un tweet.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles