Acné sévère : les traitements à base d'isotrétinoïne sous surveillance

En dépit des mesures mises en place pour améliorer le bon usage des médicaments composés d'isotrétinoïne (Roaccutane, Contracne, Curacne, Procuta), le nombre de grossesses chez des femmes traitées par ce médicament contre l'acné sévère reste élevé. Or, l'utilisation de ces médicaments pendant la grossesse est une contre-indication absolue, en raison du risque très élevé (plus de 30%) de malformations graves chez les fœtus telles que des anomalies du cerveau, du visage ou du cœur.

C'est pourquoi l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient de rappeler aux professionnels de santé les règles de bon usage de l'isotrétinoïne pour limiter les risques. Et début 2021, elle réunira professionnels et patients pour "discuter d'actions à mettre en oeuvre afin de renforcer la réduction des risques liés à la prise de ces médicaments".

175 grossesses sous médicament chaque année

"Malgré les mesures mises en place, le nombre de grossesses exposées à l'isotrétinoïne n'a pas diminué depuis 2010 avec environ 175 grossesses chaque année" insiste l'ANSM . "Par ailleurs, des cas d'anxiété ou de changements de l'humeur, de dépression, ou d'aggravation d'une dépression incluant des tentatives de suicide, sont rapportés chez des patients traités" souligne l'Agence qui rappelle que les médicaments à base d'isotrétinoïne ne doivent être prescrits qu'en dernière intention et uniquement en cas d'échec des traitements classiques (antibiothérapie (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Covid-19 : les masques virucides en cuivre en 3 questions
Une nouvel organe a été découvert dans le crâne humain
Appli Tous Anti-Covid : comment la télécharger ? quelles fonctionnalités ?
Covid-19 : après le décès d'un volontaire, les essais du vaccin d'AstraZeneka vont se poursuivre
DIRECT. Covid-19 en France ce jeudi 22 octobre : cas, courbes, chiffres