Achille Mbembe : « Les choses ne peuvent plus continuer comme avant »

Propos recueillis par Malick Diawara
·1 min de lecture
Pour Achille Mbembe, « changer les rapports entre l’Afrique et la France est une cause politique éminente pour les jeunes générations d’Africains. C’est aussi dans l’intérêt de la France elle-même, faute de quoi sa présence en Afrique deviendra l’une des causes décisives de son affaiblissement sur la scène du monde ».
Pour Achille Mbembe, « changer les rapports entre l’Afrique et la France est une cause politique éminente pour les jeunes générations d’Africains. C’est aussi dans l’intérêt de la France elle-même, faute de quoi sa présence en Afrique deviendra l’une des causes décisives de son affaiblissement sur la scène du monde ».

La dernière actualité est l'illustration parfaite que la relation entre la France et l'Afrique est véritablement en zone de turbulences. Au-delà de la défiance d'une certaine frange de l'opinion publique africaine dans des théâtres d'opérations où l'Hexagone est engagé, notamment dans le Sahel, il y a une forte incompréhension à voir la France soutenir par exemple le Conseil militaire de transition (CMT) tchadien à la suite de la mort d'Idriss Déby. Beaucoup estiment en effet que ce CMT a simplement fait un coup d'État puisqu'il a suspendu la Constitution et créé une situation d'exception qu'il a qualifiée lui-même de « transition ». L'explication de la nécessité de maintenir une certaine « stabilité » du Tchad pour mieux assurer la sécurité dans la région ne semble pas avoir fait l'unanimité chez nombre d'observateurs, qui ont vu là une nouvelle illustration de la connivence qu'ils dénoncent régulièrement entre certains pouvoirs africains, fussent-ils dictatoriaux, et la France. Au nom de la realpolitik liée à la situation dans le Sahel, la démocratie et la voix des populations sont sacrifiées, se disent beaucoup d'Africains qui poussent leur raisonnement jusqu'à émettre des doutes sur les objectifs de l'opération Barkhane. Pourtant, au vu des dernières déclarations d'Emmanuel Macron, le soutien est surtout pour une transition pacifique et inclusive. Et ce n'est là qu'un exemple des points de vue divergents qui nourrissent soupçons, méfiance et crise de c [...] Lire la suite