Et si vous achetiez une ancienne base nucléaire américaine ?

Par LePoint.fr

Pour les personnes intéressées et qui souhaitent se faire une idée des lieux, une visite en 3D en ligne est proposée par l'agence immobilière chargée de la vente.

Construit au début des années 1960, le bâtiment est situé non loin de Tucson, en Arizona. Son prix ? 395 000 dollars, soit environ 358 000 euros, rapporte l'« Arizona Daily Star ».


"À vendre : bien atypique, ancienne base nucléaire secrète souterraine, sans vis-à-vis, offrant une vue dégagée sur une immense propriété. Pas sérieux s'abstenir." En forçant le trait, voici l'annonce publiée sur le site de l'agence immobilière Realty Tucson Elite. Repérée par l'Arizona Daily Star, elle concerne un ancien bunker de missile nucléaire, situé à 20 minutes de route de Tucson, aux États-Unis. Jusqu'en 1980, ce bâtiment, construit au début des années 1960, accueillait un missile balistique intercontinental Titan II capable de transporter une tête thermonucléaire W3 sur plus de 10 000 kilomètres. 

Il existe 54 bunkers de ce genre aux États-Unis, dont 18 près de Tucson, en Arizona, mais c'est le seul en vente : son prix a été fixé à 395 000 dollars, environ 358 000 euros. Soit la somme qu'il faut débourser pour un appartement de deux pièces à Paris, par exemple. À ce prix-là, vous pourrez vous offrir un bunker sous-terrain capable de résister à une attaque nucléaire avec en prime un terrain de 4,8 hectares dans le désert de Sorona, mais dépourvu de missile, puisque les lieux ont été désaffectés il y a une vingtaine d'années. Il y aura toutefois de sérieux travaux de rénovation à faire si on en croit les photos publiées avec l'annonce, puisque le bâtiment est encore "dans son jus" : peinture écaillée sur les murs et machines rouillées sont au rendez-vous.

Lire aussi Bretagne : une île mise en vente à 1,68 million d'euros

Plantation de cannabis et films pornographiques postapocalyptiques

Ce bunker a été acheté en 2002 par Rob Ellis moyennant 200 000 dollars (soit environ 181 000 euros actuellement) à un propriétaire privé, qui avait lui-même acheté ce bien au gouvernement américain. À l'époque, il souhaitait en faire (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Loire-Atlantique : un arrêté municipal pour que la neige tombe du ciel
Loire : le panda roux fugueur retrouvé
Recevez la newsletter Le Point.fr