Acheminement, choix du premier vacciné... le point sur la vaccination contre la Covid-19

·2 min de lecture

Acheminement, contrôles de sûreté, recommandations d'utilisation: maintenant qu'un premier vaccin contre le Covid-19 a été autorisé dans l'UE, que va-t-il se passer en France avant les premières vaccinations dimanche ?

Sur le plan réglementaire

L'autorisation de mise sur le marché accordée lundi par Bruxelles au vaccin développé par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech lui ouvre les portes des 27 pays de l'UE, mais chaque Etat est maître de ses procédures.

Lire aussi : L’Europe va commencer à vacciner, plainte contre Didier Raoult… le point sur le coronavirus

En France, la Haute autorité de santé (HAS) doit rendre jeudi, à la veille de Noël, un avis sur ce vaccin, baptisé Comirnaty en référence à la technologie employée (ARN messager, mRNA en anglais). Elle dira s'il "s'intègre dans la stratégie vaccinale telle qu'elle a été recommandée" ou "avec quelles réserves".

L'organisme a déjà diffusé des recommandations générales sur les publics prioritaires et l'organisation de la campagne, mais un avis spécifique doit être rendu pour chaque vaccin, pour tenir compte de leurs caractéristiques (efficacité contre la transmission du virus ou seulement protection contre la maladie, profil de risque, conditions de conservation...).

Lire aussi : Vaccins anti-Covid : le grand débarquement

Sur le plan de la sûreté sanitaire

Comme pour tous les vaccins, une étape supplémentaire de contrôle est réalisée pour garantir la qualité et la sûreté des doses, qualifiée de "libération de lots".

En parallèle des contrôles effectués par le fabricant lui-même, un laboratoire de contrôle officiel de l'Union européenne va "recevoir des échantillons pour contrôler leur contenu et leur performance. Et si tout va bien, les +libérer+", explique dans Le Parisien la directrice générale de l'Agence du médicament (ANSM), Christelle Ratignier-Carbonneil.

Pour le vaccin Comirnaty, ces contrôles seront réalisés par le laboratoire de l'institut allemand Paul-Ehrlich, qui(...)


Lire la suite sur Paris Match