Achat en ligne de médicaments avec ordonnance : comment des sites étrangers contournent la loi française

"Acheter médicament avec ordonnance en ligne". La requête est un hit sur Google. Par discrétion voire par honte, de nombreux Français cherchent à se procurer sur Internet des médicaments censés être délivrés sous ordonnance mais dont ils n'osent pas parler à leur médecin, qu'ils pensent par exemple avoir besoin de Viagra pour soulager un problème d'impuissance, ou désirent simplement obtenir une pilule contraceptive sans passer par la case médecin. Problème : la vente et l'achat en ligne de médicaments soumis à ordonnance sont strictement interdits par la loi française. Et pourtant, des sites Internet le proposent, en français, en présentant tous les atours d'un site fiable. Qui se cache derrière ? Comment ces sites peuvent-ils aussi ouvertement contourner notre législation ? Et surtout, sont-ils fiables ou dangereux ? Le point sur ce phénomène.

En première page de Google, les réponses aux recherches du genre sont occupées par plusieurs dizaines d'adresses vous promettant toutes sortes de médicaments à portée de clic. Il nous a effectivement suffi de quelques minutes sur la page de l'un de ces sites, Treated.com, pour avoir la possibilité de commander quatre comprimés de Viagra ou une trentaine de pilules contraceptives. Avant de passer à l'achat, Treated demande simplement à ses utilisateurs de remplir un questionnaire médical en ligne, qui dure moins de 3 minutes. Une fois cette étape franchie, il ne reste plus qu'à entrer ses informations bancaires et l'adresse de réception. Selon l'option choisie, les médicaments seront livrés sous un ou deux jours.

La vente en ligne de médicaments sans ordonnance est interdite en France

Problème : depuis janvier 2013, le code de la santé publique autorise la vente de médicaments sur Internet mais à deux conditions. D'abord, "seuls peuvent faire l'objet de l'activité de commerce électronique les médicaments qui ne sont pas soumis à prescription obligatoire", ce qui signifie qu'il est strictement interdit



Lire la suite sur Marianne