Yvelines : consternation devant le collège après le viol collectif d’une élève

Yves Fossey
Achères, ce lundi. Les parents d’élèves du collège Camille-Du-Gast sont sous le choc après le viol d’une élève de l’établissement

Six élèves du collège Camille-Du-Gast, à Achères, ont été mis en examen pour viol en réunion. Ils auraient abusé d’une de leur camarade.


L’inquiétude a envahi l’esprit des parents d’élèves du collège Camille-Du-Gast à Achères. A la suite de la révélation de l’affaire du viol d’une élève de l’établissement, nombreux sont ceux qui évoquaient les faits ce lundi en venant chercher leurs enfants.

Hocine, un père de famille, a tout spécialement pris sa journée pour déposer et récupérer sa fille qui est en classe de 5e. « Je n’ai pas dormi de la nuit, j’ai peur pour ma fille, souffle l’homme. Qu’est ce qui s’est passé dans la tête de ceux qui ont commis cet acte ? » Une maman, stationnée à quelques mètres de la barrière, est bouleversée. « C’est horrible, même si je parle beaucoup avec ma fille et si je surveille les pages de ses réseaux sociaux, on est jamais à l’abri », confie-t-elle.

Six collégiens, scolarisés dans l’établissement et âgés de 12 à 14 ans, ont été mis en examen vendredi pour viol en réunion après avoir été déférés devant un juge d’instruction. Ils auraient abusé de l’adolescente de 13 ans, élève de 4e, en décembre et janvier dans les parties communes d’un immeuble situé à proximité de l’établissement. Ce lundi, ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Serge Clément : « Nous restons extrêmement attentifs, si besoin nous installerons une cellule psychologique »

Alors que le sujet circule sur les réseaux sociaux, le fonctionnement de ces sites est en première ligne. « On y trouve tout et son contraire, il y a souvent des rumeurs, lance un parent d’élèves. Les jeunes y postent des vidéos et des commentaires, par jeu ou même pour se défouler ».

Et parmi les élèves, beaucoup ont connaissance de l’affaire mais peu souhaitent en parler. « On est tous choqués, indique une collégienne à la sortie des classes. Moi je ne suis pas copine avec elle mais c’est une fille sympa ».

Pour l’heure, l’inspection académique n’a pas mis en place de cellule psychologique dans le (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Les Clayes-sous-Bois part en guerre contre les incivilités
Dix mois de prison ferme pour le braqueur au sabre japonais de Mantes-la-Jolie
Carrières-sous-Poissy : un salarié d’Enedis menacé de licenciement pour un vol de touret usager
Yvelines : 49 personnes ont perdu la vie sur les routes du département en 2018
Dégradations au péage de Buchelay : le Gilet jaune trahi par sa carte bleue