Accusations de viols incestueux : Gérard Louvin et son mari "réfutent complètement"

·2 min de lecture

Les avocats de Gérard Louvin et son mari Daniel Moyne ont répondu lundi sur le plateau de «Touche pas à mon poste» aux accusations de viols incestueux et de complicité portées par le neveu du producteur. 

Gérard Louvin est visé par une plainte de son neveu. Ce dernier, Olivier A. accuse le célèbre producteur de télévision d'avoir fermé les yeux sur des viols incestueux commis sur lui par son mari, Daniel Moyne, dans les années 1980, révélait «Le Monde» lundi. Porté par l'affaire Olivier Duhamel -le politologue accusé d'inceste par sa belle-fille Camille Kouchner sur son frère jumeau- Olivier A. a dit dans sa plainte avoir été obligé de pratiquer des fellations à Daniel Moyne entre ses 10 et 14 ans. Daniel Moyne est accusé de «viol par ascendant sur mineur de 15 ans» et Gérard Louvin de «complicité» de ces faits.

Les deux hommes nient en bloc et leurs deux avocats, Me Christophe Ayela et Me Céline Bekerman, se trouvaient lundi sur le plateau de «Touche pas à mon poste» pour plaider leur cause. Pour rappel, Gérard Louvin a été pendant 3 saisons chroniqueur de Cyril Hanouna. «Daniel Moyne comme Gérard Louvin sont consternés par la violence de telles accusations qu'ils réfutent complètement», a déclaré Céline Bekerman, qui affirme que cette affaire n'a «strictement rien à voir» avec l'affaire Duhamel parce que dans celle-ci, «on est face à des personnes qui contestent les accusations».

Avec son confrère, elle a souligné la duplicité du plaignant qui est resté proche de son oncle jusqu'il y a peu et continue «de passer ses vacances avec la personne présumée être son agresseur». «Il y a quelque chose d'étrange», a jugé l'avocate qui dénonce la «vindicte populaire, tous les Twitter qui se déchainent qui sont en train de traiter Gérard Louvin de pédophile, Daniel Moyne de pédophile. C'est une honte.»

Un "chantage à l'argent"

Christophe Ayela a lui rappelé que Gérard Louvin «a toujours répondu aux demandes d'aide, de service(...)


Lire la suite sur Paris Match