Accusations de violences : une 3e plainte contre Chrysoula Zacharopoulou

La secrétaire d'État Chrysoula Zacharopoulou lors du premier conseil des ministres à l'Élysée à Paris le 23 mai 2022.
 
La secrétaire d'État Chrysoula Zacharopoulou lors du premier conseil des ministres à l'Élysée à Paris le 23 mai 2022.

La gynécologue et secrétaire d'État chargée du Développement, Chrysoula Zacharopoulou, est visée par une troisième plainte pour violences sans incapacité de travail par personne chargée d'une mission de service public. La plainte a été déposée jeudi 23 juin, d'après le parquet de Paris, confirmant une information de Quotidien (TMC).

L'émission a recueilli le témoignage de cette patiente, qui dit avoir subi des « violences gynécologiques » lors d'un rendez-vous en 2018 avec Chrysoula Zacharopoulou pour soigner son endométriose. Le parquet de Paris a ouvert une enquête, le 27 mai, après le dépôt de deux plaintes pour viol contre la secrétaire d'État. Selon l'hebdomadaire Marianne, qui a révélé l'affaire, les faits reprochés auraient été commis dans le cadre de sa profession de gynécologue. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Chrysoula Zacharopoulou : après deux plaintes pour viol, la secrétaire d’État et gynécologue est visée par une troisième plainte d’ancienne patiente et nous avons pu recueillir son témoignage. pic.twitter.com/neZVxvPodQ

— Quotidien (@Qofficiel) June 23, 2022

À LIRE AUSSISébastien Le Fol – Darmanin, Dupond-Moretti, Moreno : la loi des suspects

Chrysoula Zacharopoulou se dit « très surprise »

Élue eurodéputée en 2019 sur la liste Renaissance, Chrysoula Zacharopoulou, 46 ans, a été nommée secrétaire d'État le mois dernier. Le précédent gouvernement lui avait confié l'an dernier un [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles