Accusations de viol contre Gérald Darmanin : le non-lieu confirmé, la plaignante se pourvoit en cassation

© REUTERS/Gonzalo Fuentes/File Photo

La cour d'appel de Paris s'est prononcée mardi matin sur le recours de Sophie Patterson-Spatz contre le non-lieu, rendu en juillet dernier en faveur de Gérald Darmanin , qu'elle accuse de l'avoir violée en 2009. Dans un communiqué, le procureur général de Paris, Rémy Heitz, a confirmé la décision de justice sonnant l'abandon d'une action judiciaire à l'encontre du ministre de l'Intérieur dans ce dossier sensible. La plaignante va toutefois se pourvoir en cassation. « En avant pour la cassation avant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) qui mettra à la France, c'est absolument certain, la gifle qu'elle mérite depuis longtemps sur ce dossier en particulier, et sur le sujet des violences sexuelles », a annoncé son avocate sur Twitter, Maître Élodie Tuaillon-Hibon.

Le parquet général avait requis la confirmation du non-lieu après une audience à huis clos, tenue le 13 décembre en l'absence des deux principaux protagonistes. Le ministère public avait écarté dans ses réquisitions « l'hypothèse d'accusations mensongères ou malveillantes » de la part de Sophie Patterson-Spatz, tout en estimant qu'il « ne peut être considéré qu'(elle) n'a pas consenti à l'acte sexuel ». De son côté, l'avocate de l'accusation, Maître Élodie Tuaillon-Hibon avait dénoncé un « viol par surprise », un rapport sexuel « extorqué », défini comme « ni libre, ni consenti ». Plaidant le droit « à un peu de justice », elle avait souligné « les éléments à charge pour le viol » présents selon elle dans ...


Lire la suite sur LeJDD