Accusations de harcèlement sexuel : deux dirigeants d'Havas Paris «en retrait» de leurs fonctions

© ERIC PIERMONT / AFP

Bientôt un #MeToo de la publicité ? Deux dirigeants du groupe publicitaire Havas Paris ont été accusés de harcèlement et agressions sexuelles. Julien Carette et Christophe Coffre, respectivement PDG et directeur de la création de l'agence de communication Havas Paris, se sont mis "en retrait" de leurs fonctions ce lundi. Havas, filiale de Vivendi, a également lancé un audit après la publication d'une vingtaine de témoignages anonymes par le compte Instagram Balance Ton Agency, qui dénonce depuis près d'une semaine l'ambiance sexiste régnant de longue date au sein de l'agence et met en cause ces deux responsables.

Gestes et propos déplacés envers des collaboratrices et des stagiaires

Aux manettes depuis une dizaine d'années de l'agence dont ils sont aujourd'hui coprésidents, les deux hommes sont accusés d'avoir cherché à "embrasser" ou "toucher" à de multiples reprises des collaboratrices parfois stagiaires, dans les locaux d'Havas Paris ou lors d'événements extérieurs. "JC c'est un type brillant mais il a la sexualité d'un ado. (…) Sous couvert d'être saoul, après deux verres, il saute sur tout ce qui bouge. Pareil pour le DC (directeur de création) d'Havas Event. Je me souviens de prévenir les stagiaires de ne surtout pas les approcher lors des soirées agence", selon l'un de ces témoignages.

 

>> LIRE AUSSI - Journée international du Droit des femmes : «Une nouvelle page s'est ouverte avec #MeToo»

"Commentaires sur toutes les tenues vestimentaires, mains sur l'épaule ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles