Publicité

Accusations de "génocide" : la CIJ met en garde Israël, incertitudes sur la mise en œuvre du verdict

La Cour internationale de justice a demandé vendredi à Israël de faire tout son possible pour protéger la population de Gaza des risques de génocide. L’instance onusienne n’a pas ordonné un cessez-le-feu, mais réclame le respect du droit international humanitaire. Une décision contraignante dont elle ne peut cependant pas contrôler l'application.

Une "étape historique" saluée par Pretoria, une "honte" dénoncée par Benjamin Netanyahu. Dans le cadre d'une procédure intentée contre Israël par l'Afrique du Sud, la Cour internationale de justice (CIJ) – plus haute juridiction de l'ONU – a rendu une décision très attendue, vendredi 26 janvier, appelant Israël à faire tout son possible pour empêcher tout acte de "génocide" dans la bande de Gaza et à laisser entrer l'aide humanitaire.

Si à ce stade, la CIJ ne se prononce pas sur la question de savoir si Israël commet un génocide à Gaza, elle a néanmoins appelé l'État hébreu à s'abstenir de tout éventuel acte génocidaire alors qu'il poursuit son opération militaire dans la bande de Gaza.

Israël doit prendre "des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture des services de base et de l'aide humanitaire dont les Palestiniens ont un besoin urgent pour faire face aux conditions de vie défavorables auxquelles sont confrontés les Palestiniens", a statué la cour.

Par ailleurs, les décisions sont systématiquement envoyées au Conseil de sécurité de l'ONU, et peuvent donc se heurter, en l'espèce, au veto américain si les juges vont à l'encontre de l'État hébreu.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
À La Haye, la CIJ ordonne à Israël de "prévenir et punir" l'incitation au "génocide" à Gaza
Le Conseil de l'ONU "exige" plus d'aide humanitaire à Gaza sans appeler à un cessez-le-feu
Le Hamas accuse Israël d'une frappe meurtrière sur un camp de réfugiés de la bande de Gaza