Accusée de complicité de « génocide » à Gaza, Valérie Pécresse va porter plainte

La controverse autour d’une subvention accordée par la région Ile-de-France à une ONG israélienne reste encore ardente. Et Valérie Pécresse ne s’y soustrait pas. L’élue LR a récemment été épinglée sur une affiche découverte dans le nord de Paris, pour avoir « financer un génocide avec notre argent ». Une affaire qui a déclenché l’indignation de l’ancienne candidate à l’élection présidentielle. En conséquence, elle a indiqué vouloir porter déposer une plainte pour « diffamation » et « mise en danger d’autrui », selon des informations de BFMTV.

La photographie de Valérie Pécresse a été placardée sur un mur d’un immeuble situé dans le quartier de Barbès, dans le 18e arrondissement de la capitale, avec la mention : « Stop au génocide ». Un message est accolé. « Cette décision de Pécresse démontre bien que pour elle, toutes les vies ne se valent pas ». Ces accusations ont incité la présidente de la région Ile-de-France à réclamer une protection rapprochée. Son entourage a ainsi déploré une « infamie », associée à « une cible dans le dos ».

Plusieurs subventions

Fin 2023, la région Ile-de-France a été plongée dans la tourmente après avoir envoyé une aide de 125 000 euros à l’association israélienne intitulée Latet. La nature des activités de cette dernière consiste à « aider au peuple d’Israël et aux forces de sécurité sur la ligne de front » en fournissant des « soins d’urgence contenant de la nourriture et des produits d’hygiène », comme l’explique l’association sur son ...


Lire la suite sur LeJDD