Accusé de viol, le youtubeur Léo Grasset dénonce un article "malhonnête" de "Mediapart"

Amixem, Michou, Joyca, Cyril... : Des youtubeurs s'offrent une page de pub sur C8
Amixem, Michou, Joyca, Cyril... : Des youtubeurs s'offrent une page de pub sur C8 - DirtyBiology

Il répond plusieurs mois après la publication de l'article. Ce samedi, le youtubeur Léo Grasset réagit dans une vidéo à une enquête de "Mediapart", publiée le 23 juin dernier. Cet article recueille des accusations des violences sexuelles et psychologiques contre le vulgarisateur scientifique. Une créatrice de contenus, souhaitant conserver l'anonymat, avait notamment accusé le youtubeur de l'avoir violée en 2016. Le 5 juillet, le site d'investigation avait révélé qu'une plainte pour "harcèlement sexuel" avait été déposé contre le vidéaste.

"L'article construit un personnage toxique, à coups d'insinuations et de citations tronquées"

Silencieux depuis cinq mois, sur les conseils de ses avocats, Léo Grasset prend la parole ce samedi sur sa chaîne à travers une vidéo d'une trentaine de minutes. Dans celle-ci, il revient sur plusieurs points de l'article qu'il a tenu à démentir ou à recontextualiser. "Les accusations sont très diverses (...) Il en ressort que j'aurais une conception floue du consentement. Des comportements toxiques variés avec des femmes (...) La manipulation, allant jusqu'à l'accusation de viol. Dans cette vidéo, je veux répondre à tout ça", commence-t-il, ajoutant : "J'ai une vie amoureuse parfois bordélique. Il m'arrive aussi de faire des blagues de gros beaufs".

"Cependant, l'article dresse un portrait de moi qui est malhonnête. Il construit un personnage toxique, à coups d'insinuation et de citations...

Lire la suite