​Accusé de "trahison" et de conflit d'intérêts, l'un des avocats de Tariq Ramadan renonce à le défendre

*

Il n'a pas attendu la décision déontologique du bâtonnier pour se retirer de l'affaire. Ce 4 juin, l'avocat William Bourdon, accusé de conflit d'intérêts, a expliqué renoncer défendre Tariq Ramadan. Henda Ayari, première des femmes à avoir porté plainte pour viol contre l'islamologue suisse fin octobre 2017, avait saisi la commission de déontologie du bureau de Paris. "Cette décision de Maître Bourdon n'effacera pas la trahison et ma grande déception car j'avais confiance en cet avocat qui n'a eu aucun scrupule à défendre mon agresseur", a réagi Henda Ayari sur son compte Facebook.

Mardi 26 mai, l'hebdomadaire L'Obs avait révélé cette saisine et expliquait que, dans les premiers jours de l'affaire, en novembre 2017, la plaignante avait sollicité les conseils de l'avocat. A l'époque, ce dernier lui avait préparé une note de conseil et un projet de communiqué, sans qu'elle y donne suite. A la suite des révélations de l'hebdomadaire, sur son compte Facebook, la plaignante a interpellé l'avocat : "Nous avons passé des heures à discuter du dossier à votre cabinet… Je me suis confiée à vous en toute confiance."

William Bourdon conteste

Dans sa publication Facebook, Henda Ayari joint également un communiqué de presse datant du 3 novembre 2017, apparemment signé de Me William Bourdon, Me Grégoire Leclerc et Me Jonas Haddad. Dans ce document, les trois conseils se présentent comme "avocats" de la jeune femme.

Lire la suite