Accusé par Donald Trump de manipuler l’euro, Mario Draghi réplique

Le torchon brûle entre Donald Trump et la BCE, accusée par le président des Etats-Unis de manipuler les taux de change.

Mario Draghi répond aux critiques de Donald Trump. Le président de la Banque centrale européenne (BCE) a rejeté mardi des accusations portées à son encontre par le président américain d'une manipulation des taux de change au profit de la zone euro. "Nous n'avons pas d'objectif de taux de change", a déclaré Mario Draghi lors d'un séminaire de l'institut monétaire organisé au Portugal, en réaction à une question sur les critiques du président américain. "Nous avons notre mission. Nous avons notre mandat (...) la stabilité des prix", a-t-il ajouté, soulignant qu'il s'agissait de son seul mandat.

Dans la matinée, l'homme fort de l'euro avait déclaré que la Banque centrale européenne pourrait recommencer à baisser ses taux d'intérêt après plus trois ans de stagnation. Même s'il avait déjà évoqué cette possibilité début juin, les propos ont cette fois fait bondir Donald Trump, qui y a vu une manœuvre de la zone euro pour faire baisser le taux de change de sa monnaie face au dollar et ainsi doper ses exportations.

>> A lire aussi - Taux d’intérêt négatifs : on marche sur la tête !

M. Draghi "vient d'annoncer que de nouvelles mesures pourraient venir stimuler l'économie, ce qui a immédiatement fait chuter l'euro par rapport au dollar, leur donnant un avantage injuste pour concurrencer les Etats-Unis", a dénoncé sur Twitter le bouillant président américain, engagé depuis des mois dans un bras de fer avec l'Europe en matière commerciale. Les Européens "le font impunément depuis des années, avec la Chine et d'autres", a ajouté M. Trump.

>> A lire aussi - Pétrole : la BCE fait décoller le prix du baril !

Evoquant la réunion monétaire de la Fed qui se conclut mercredi, le président américain a, d'une certaine façon, de nouveau pressé le patron de la Banque centrale, Jerome Powell, de baisser les taux : "je veux avoir un terrain de jeux égal et je ne l'ai pas", a-t-il lancé sur la pelouse de la Maison Blanche, en référence au différentiel des taux d'intérêt entre l'UE et les Etats-Unis.

>>

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Taux d'intérêt : la BCE s'attire les foudres de Donald Trump !
Guerre commerciale : Donald Trump accuse la Chine de manipuler sa devise et lui adresse un ultimatum
Airbus et l’Union européenne menacés de hausses de taxes par Donald Trump
Etats-Unis : la banque centrale bientôt sous la coupe de Donald Trump ?
Donald Trump décroche un milliard de dollars pour son mur