Accusé d'agressions sexuelles, Kevin Spacey laissé libre par la justice britannique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© WIktor Szymanowicz / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'acteur américain  Kevin Spacey a été laissé libre jusqu'à une prochaine audience en juillet, à l'issue d'une comparution jeudi devant la justice britannique pour des accusations d'agressions sexuelles sur trois hommes. Déterminé à faire valoir son innocence, la star de la série "House of Cards", dont la carrière a été stoppée net par une série d'accusations depuis l'affaire Weinstein, est apparu calme et confiant à la Westminster Magistrates Court. Au début de l'audience, le comédien, en costume bleu, a décliné son identité, sa date de naissance et son adresse, puis lui ont été lues les accusations retenues contre lui.

Poursuivi pour quatre agressions sexuelles sur trois hommes

Le juge a décidé de le laisser libre jusqu'à une prochaine audience, le 14 juillet, qui aura lieu au tribunal de Southwark, à Londres. Le procureur avait déclaré que l'acteur avait "pleinement coopéré" à l'enquête mais avait demandé qu'il soit placé en liberté conditionnelle avec obligation de rester à Londres. Son avocat, Patrick Gibbs, avait fait valoir que l'acteur voulait "poursuivre sa vie" et que "toutes ses affaires sont aux États-Unis", où il a "un chien de neuf ans". Cette brève audience, consacrée à des questions de procédures, lance ce qui s'annonce comme une longue bataille judiciaire.

L'acteur, âgé de 62 ans, est poursuivi pour quatre agressions sexuelles sur trois hommes, dont les noms n'ont pas été rendus publics, entre mars 2005 et avril 2013. Il est également accusé d'avoir forcé l'u...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles