Accusé d’avoir pris des produits interdits, Quintana conteste sa disqualification du Tour de France

Shutterstock/SIPA

Le Colombien Nairo Quintana a saisi le Tribunal arbitral du sport afin de contester sa disqualification du dernier Tour de France. Il a été accusé d’avoir consommé un produit interdit par le règlement.

Sixième du dernier Tour de France, Nairo Quintana a été disqualifié par l’Union Cycliste Internationale . Il vient de contester cette décision auprès du Tribunal arbitral du sport. «Pour l'heure, il n'est pas possible d'indiquer quand la décision finale sera rendue», a répondu le TAS, dont le panel d'arbitres doit encore être désigné avant de fixer une date d'audience.

L’UCI a accusé Nairo Quintana début août d’avoir été contrôlé positif au Tramadol, une substance interdite depuis 2019. Dans un communiqué, l’UCI avait toutefois expliqué que l’interdiction d’utilisation de ce puissant antidouleur en compétition constitue une infraction au règlement de l’UCI mais pas une violation des règles antidopage, raison pour laquelle le cycliste peut continuer à prendre part aux compétitions. Suite à cette révélation, Nairo Quintana avait réagi, se disant «surpris de prendre connaissance du communiqué de l’UCI». «J’ignore complètement l’usage de cette substance et nie l’avoir jamais utilisé dans ma carrière», avait-il déclaré dans un communiqué publié sur Twitter. «Avec mon équipe d’avocats, nous examinons tous les recours possibles pour me défendre. Je veux aussi confirmer que je serai sur le Tour d’Espagne, sur mon vélo, donnant le meilleur de moi-même pour mon équipe, mon pays et mes supporters». Le lendemain, il avait finalement annoncé qu'il ne participerait à la Vuelta, dont le départ indiquant n'avoir ni la tête, ni le corps, à la compétition. «Je préfère rentrer à la maison, organiser et préparer ma défense au sujet de la nouvelle qui m'est parvenue hier», avait-il indiqué.

L'UCI explique avoir «interdit l'utilisation du Tramadol en compétition dans toutes les disciplines et catégories afin de protéger la santé et la(...)


Lire la suite sur Paris Match