Accusé de complotisme, Mélenchon répond à la polémique

·2 min de lecture

Le député insoumis a répondu aux nombreuses critiques suscitées par ses propos tenus dimanche sur France Inter, établissant une comparaison entre des attentats et l'affaire «Papy Voise», survenue durant la campagne présidentielle de 2002.

C'est dans les dernières minutes de l'émission «Questions politiques» sur France Inter, franceinfo et «Le Monde», que Jean-Luc Mélenchon a développé dimanche l'argumentation qui lui vaut aujourd'hui d'être assailli de critiques. «Pardon, je termine là-dessus...», insiste-t-il avant de faire une prédiction : «Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident. Ou un meurtre. Ça a été Merah en 2012. Ça a été l'attentat la dernière semaine sur les Champs-Elysées (...) Avant on avait eu "Papy Voise", dont plus personne n'a jamais entendu parler après. Donc tout ça c'est écrit d'avance.»

Plusieurs proches de victimes des tueries commises par Mohamed Merah ont réagi. Me Patrick Klugman, avocat de Samuel Sandler, dont le fils et les petits-enfants ont été assassinés par Merah, a fait savoir que les «propos indécents» de Jean-Luc Mélenchon seraient «dénoncés au parquet» s'il ne les retirait pas. Latifa Ibn Ziaten, mère d'un militaire tué par le terroriste, a jugé les mots du député «inadmissibles».

Des personnalités de droite et d'extrême droite ont vivement dénoncé les propos de Jean-Luc Mélenchon. Dans la majorité, le candidat macroniste aux régionales en Île-de-France, Laurent Saint-Martin, les a qualifiés de «honteux», «scandaleux», «très dangereux pour la démocratie» lundi sur Public Sénat. A gauche aussi, l'idée que des meurtres ou des attentats relèvent d'un scénario «écrit d'avance» a suscité l'indignation. «Réduire les atrocités des attentats de Montauban et Toulouse en 2012 à de la machination électorale est inacceptable. A Montauban, deux militaires ont été tués, un troisième gravement blessé. Quand on manie ainsi la démagogie, on ne peut prétendre à devenir(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles