Accueil de réfugiés: manifestations sous tension dans une commune bretonne

Callac, dans les Côtes-d'Armor - Google Maps
Callac, dans les Côtes-d'Armor - Google Maps

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce samedi à Callac (Côtes d'Armor) dans une ambiance tendue, les uns pour dénoncer et les autres pour soutenir un projet controversé d'accueil de réfugiés dans cette commune rurale.

Quelques tirs de projectiles et de lacrymogènes ont eu lieu lors d'un face-à-face entre les forces de l'ordre et une partie du cortège des défenseurs du projet qui tentaient de rejoindre le rassemblement des opposants, soutenus notamment par plusieurs membres de Reconquête, le parti d'Eric Zemmour.

"Ce n'est que de la récupération politique de bas étage", a déclaré Laure-Line Inderbitzin, adjointe au maire de Callac, commune qu'elle décrit comme une "terre d'accueil".

Un projet qui vise à redynamiser ce bourg rural

Dans le camp opposé, Auric Zagli, retraité âgé de 68 ans et opposant au projet Horizon, estime qu'"il y véritablement un problème d'insécurité qui est dû à une immigration qui est beaucoup trop importante".

Cette commune de 2400 habitants a été choisie par le Fonds de dotation privé Merci pour un projet d'accueil de réfugiés politiques.

Baptisé "Horizon" et "basé autour de la réinsertion professionnelle" de réfugiés bénéficiant d'une autorisation de séjour de dix ans, ce projet vise à redynamiser ce bourg rural qui a perdu plus de 1000 habitants depuis les années 60.

Une double manifestation

Les deux rassemblements étaient encadrés par un important dispositif policier, dont plus d'une centaine de gendarmes et un cordon séparant les deux groupes.

Distants de quelques centaines de mètres, ils ont eu lieu en même temps devant la mairie, où plusieurs opposants dont l'eurodéputé Gilbert Collard (Reconquête) ont pris la parole, et en périphérie du bourg où les défenseurs du projet se sont réunis lors d'un pique-nique festif.

Une double manifestation similaire avait eu lieu à Callac en septembre. Le projet a reçu l'aval du conseil municipal de Callac, mais rencontre l'opposition notamment d'une association, "Les Amis de Callac et des environs."

Dirigée par une ex-conseillère régionale du Rassemblement National devenue membre de Reconquête, Catherine Blein, celle-ci demande l'organisation d'un référendum sur le sujet dans le commune.

L'organisation d'un référendum serait "illégale", a rappelé le préfet des Côtes d'Armor Stéphane Rouvé ce vendredi, puisque "l'accueil des réfugiés est de la responsabilité de l'État".

Article original publié sur BFMTV.com