Accrochage meurtrier dans l'Uttar Pradesh: les tensions du monde rural font des victimes en Inde

·2 min de lecture

En Inde, l’État de l’Uttar Pradesh, au nord, est agité d'une vive crise. Quatre paysans sont morts lors de la visite d’un ministre fédéral. Ils auraient été renversés par le convoi de voitures officielles. La foule se serait ensuite vengée, tuant quatre membres du convoi. Des dizaines de milliers d’agriculteurs continuent à protester contre la réforme du secteur, imposée par le gouvernement. Ce drame pourrait maintenant jeter de l’huile sur le feu.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Des paysans manifestaient ce dimanche aux abords d’un village où le ministre adjoint de l’Intérieur se trouvait en visite pour un événement public. Les agriculteurs, opposés à la réforme agricole du gouvernement, avaient bloqué une petite route de terre, quand un convoi de voitures d’officiels leur aurait foncé dessus, tuant quatre d’entre eux.

Les paysans affirment que le fils du ministre se trouvait dans le convoi, et aurait pu fuir après avoir dégainé son pistolet. Ce que ce dernier dément catégoriquement. Un des véhicules s’est en tout cas renversé dans l’accrochage, et les manifestants, enragés, ont battu à mort quatre de leurs occupants. Trois étaient des membres du parti au pouvoir du BJP. Les deux parties ont porté plainte pour meurtre, et le fils du ministre est accusé dans l’une de ces plaintes.

► À écouter aussi : Nouvelle manifestation contre la réforme agricole en Inde

Les élections régionales ont lieu dans quatre mois dans ce gigantesque État de l’Uttar Pradesh, et cet accrochage meurtrier pourrait raviver les flammes du mouvement paysan, qui lutte depuis plus d’un an contre la réforme de libéralisation de l’agriculture.

► À lire aussi : en Inde, des députés de l'opposition s'affichent aux côtés des agriculteurs en colère

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles