Accouchement : des patientes dénoncent les violences obstétricales

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Accouchement : des patientes dénoncent les violences obstétricales

Deux années se sont écoulées, pourtant, pour Elise, le traumatisme est toujours présent : "Je pensais que mon accouchement allait être le plus beau jour de ma vie et ça a été le pire cauchemar de ma vie. L’équipe s’est rendue compte que ma péridurale ne marchait plus mais ils n’ont pas rappelé l’anesthésiste pour faire quelque chose. Quand le gynécologue est entré, il ne s’est pas présenté, il ne m’a pas regardé, il ne m’a rien expliqué. Il a utilisé les forceps pour sortir mon bébé. La douleur a été immense. Je ne savais pas qu’une douleur comme ça tout ce qu’on m’imposait, sans rien comprendre, et dans une violence infinie ".

Son bébé enfin dans ses bras, Elise pense trouver du réconfort. Mais, elle n’est pas au bout de ses peines. "Le gynécologue a recousu mon épisiotomie et toutes les déchirures associées à vif. Malgré mes plaintes, malgré mes souffrances, il n’a pas fait d’anesthésie locale. Je me demandais pourquoi il ne m’épargnait pas ça, alors qu’il avait vu que j’avais tellement souffert" .

A lire aussi : Comment définir les violences obstétricales?

Des violences obstétricales dénoncées sur les réseaux sociaux

Elise n’est pas un cas unique. Depuis cet été, sur les réseaux sociaux et dans la presse, de nombreuses femmes ont dénoncé ce qu’on appelle les violences obstétricales. Il s’agit d’épisiotomies imposées, de déclenchements abusifs, de mauvaises prises en charge de la douleur, d’absences de consentement ou encore de propos culpabilisants.

De nombreux (...) Lire la suite sur Francetv info

Ouragan Irma : à Saint-Martin, "le principal risque d'épidémie provient de l'eau"
Amiante : "La justice ne se débarrassera pas de l'affaire sans un procès en bonne et due forme", promet Éric Dupond-Moretti
VIDEO. Stéphane Travert : "Nous nous engageons à faire les états généraux de l'alimentation" annonce, Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture.
Paris : contrôlée pour consommation de stupéfiants, les policiers découvrent plus de 3 millions d'euros en liquide
Corrèze : mauvaise récolte dans les vergers

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages