Accord avec Trump : "Pyongyang ne va pas se dénucléariser"

Ce sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump était la réunion de deux fortes têtes. Qui a gagné ?

Kim Jong-un est pour l'instant le grand gagnant de ce sommet. D'abord car il en profité pour renforcer sa stature internationale et accroître sa légitimité en interne. Il a obtenu ce que son grand-père et son père n'avaient jamais eu : une rencontre bilatérale avec un président américain en exercice. Deuxièmement, la déclaration conjointe qu'ils ont signée n'est pas un véritable accord : elle ouvre simplement la voie à des négociations futures. Une situation particulièrement bénéfique au dirigeant nord-coréen : tant qu'il y aura des négociations, Kim Jong-un limite la pression militaire sur son régime, évite de nouvelles sanctions économiques et peut accroître la coopération avec ses voisins. Troisièmement, la majorité des concessions de ce sommet ont été faites par les Etats-Unis. Pendant la conférence de presse, Donald Trump a annoncé la fin des exercices militaires à la frontière avec la Corée du Sud, utilisant, pour expliquer cette décision, un argument qui est exactement celui employé par la Chine et la Corée du Nord pour les qualifier : "provocants". Et cette annonce semble surtout avoir été faite sans coordination avec les alliés des Américains, au premier rang desquels les Sud-Coréens, dans le simple but de concilier des demandes nord-coréennes historiques. Donald Trump a donc fait ces concessions sans rien avoir en échange.

Kim Jong-un continuera-t-il au contraire ses exercices militaires ?

Oui, il n'y a pas été question d'une quelconque réciprocité durant la conférence de presse. La question qui se pose est celle de la dénucléarisation. Pour démarrer un tel processus, il y a trois étapes : on gèle les essais, on gèle les programmes et ensuite, on démantèle. Ici, la Corée du Nord ne s'est engagée sur rien et n'a signé qu'un accord de principe sur la dénucléarisation de la péninsule. Il n'y a pas d'agenda et aucun objectif affiché.

Que signifie selon vous le choix des termes utilisés dans l'accord : "dénucléarisation complète" de "la péninsule" ?


Lire la suite sur Marianne