Un accord symbolique contre la diffusion de publicités sexistes dans les rues de Paris

Vers la fin de la publicité sexiste à Paris? Le concessionnaire en charge du réseau municipal d'affichage s'est engagé avec la mairie à ne diffuser aucune publicité sexiste ou discriminatoire. Un contrôle que l'entreprise assure avoir déjà mis en place depuis plusieurs années, mais qui ne s'appliquera pas à ses concurrents dans le métro ou à l'arrière des bus.

La fin des pubs sexistes à Paris? Les publicités diffusées sur le réseau municipal d'affichage ne devront plus comporter aucune publicité sexiste ou discriminatoire, a décidé mardi le Conseil de Paris à l'occasion du vote attribuant à Somupi, filiale de JC Decaux et du Groupe Publicis, seul candidat, le marché du mobilier urbain d'information. Sont également concernées les "représentations dégradantes, dévalorisantes, déshumanisantes et vexatoires des femmes et des hommes et des rapports entre eux".

La maire socialiste Anne Hidalgo s'est dite "fière que Paris interdise les publicités sexistes ou discriminatoires".

"Aux côtés de villes comme Londres et Genève, qui ont déjà mis en place des dispositifs de contrôle comparables, Paris montre la voie en décidant d'actionner tous les leviers en sa possession pour empêcher la diffusion, la promotion et la valorisation d'images dégradantes pour certaines catégories de citoyens", a souligné la maire de Paris dans un communiqué.

"Une victoire pour toutes et tous!"

Un sentiment partagé par Nicolas Bonnet Oulaldj, le président du groupe communiste - Front de Gauche à la mairie de Paris, qui s'est lui aussi dit "fier d'avoir porté cet amendement à la convention entre JC Decaux et Paris". 

"Nous ne pouvions tolérer plus longtemps que des insultes sexistes soient placardées sur nos murs dans le seul intérêt consumériste! Une victoire...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages