Accord PS-LFI: Olivier Faure défend une "volonté de coalition", qui "n'est pas une soumission"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Olivier Faure sur BFMTV-RMC le 5 mai 2022. - BFMTV
Olivier Faure sur BFMTV-RMC le 5 mai 2022. - BFMTV

876450610001_6305635501112

"Il n'y a pas de soumission aux Insoumis", a martelé ce jeudi matin Olivier Faure sur BFMTV-RMC. Le Premier secrétaire du Parti socialiste répond aux critiques après que son parti a trouvé un accord avec La France insoumise au milieu des divisions internes.

Face aux critiques de Stéphane Le Foll et de François Hollande qui fustigent la fin du PS et face à la démission de certains poids lourds, comme Bernard Cazeneuve, Olivier Faure a tenu à rappeler que les divergences continuaient au sein de l'union, notamment sur l'Ukraine et qu'il n'était pas question de se ranger derrière les Insoumis.

"Il n'y a pas de soumission aux Insoumis (...) il y a un accord, une volonté de construire, une coalition (...) les points de convergence sont tellement nombreux que ce serait fou de passer à côté", a déclaré le socialiste pour éteindre le feu qui prend chez les Roses.

"Je ne suis pas devenu Insoumis dans la nuit. Je continuerai à défendre le livraisons d'armes aux Ukrainiens, les sanctions envers Vladimir Poutine, l'intransigeance...", a-t-il ajouté.

"Mon honneur, c'est de servir la gauche"

"Le vrai PS, c'est celui qui a accepté d'aller vers une forme de radicalité", a-t-il ajouté. Pour le socialiste, le pouvoir d'achat des Français n'a pas le temps d'attendre des années, "c'est dans cinq semaines que cela doit changer".

"Mon honneur c'est de permettre à la gauche de retrouver le pouvoir (...) Mon honneur c'est que les Français qui souffrent puissent retrouver une forme d'espérance avec nous", a déclaré solennellement le socialiste tandis que certains de ses compagnons historiques comme Stéphane Le Foll l'appellent à la démission. 876450610001_6305635506112

Le chef de file des socialistes favorables à l'union doit encore attendre ce soir que le Conseil national du parti valide l'accord trouvé sur le programme et sur les circonscriptions avec les Insoumis. La séance s'annonce houleuse et douloureuse pour le Premier secrétaire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles