Accord post-Brexit : quel impact économique pour la France ?

·4 min de lecture

Le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni quitte effectivement l’Union européenne. Si l’accord conclu le 24 décembre protège le commerce, la France devra néanmoins se plier à de nouvelles règles plus contraignantes pour ses échanges avec le Royaume-Uni, qui reste, à ce jour, l’un de ses principaux partenaires commerciaux. Analyse avec Andreas Eisl, chercheur spécialiste de l’économie européenne.

L’Union européenne perd l’un de ses États membres le 1er janvier 2021 avec la sortie historique du Royaume-Uni. Un divorce adouci par l’obtention d’un accord de dernière minute, le 24 décembre 2020, permettant notamment d’éviter la réintroduction de taxes douanières et de quotas pour les échanges commerciaux.

“L’unité et la fermeté européennes ont payé. L’accord avec le Royaume-Uni est essentiel pour protéger nos citoyens, nos pêcheurs, nos producteurs” s’était alors félicité Emmanuel Macron.

Pour Paris, il était primordial de protéger les échanges commerciaux. Outre le fait d’être un partenaire économique dans plusieurs secteurs clés comme l’aéronautique, l’automobile et la pêche, le Royaume-Uni est le premier excédent commercial de la France (12,5 milliards d'euros en 2019). Si le scénario du pire semble avoir été évité, l’impact des nouvelles règles de commerce et de coopération sur la relation franco-britannique reste encore à déterminer. France 24 fait le point avec Andreas Eisl, chercheur spécialiste de politique économique européenne à l’institut Jacques Delors.

  • Barrières douanières

La France exporte au Royaume-Uni plus qu’elle n’importe. La décision de ne pas taxer les produits était-elle essentielle pour Paris ?

Andreas Eisl : C’est bien sûr un élément crucial mais cela ne veut pas dire que les échanges commerciaux ne seront pas affectés par le Brexit. En sortant du marché unique, le Royaume-Uni n’est plus tenu d’appliquer les normes européennes sur les produits qu’il fabrique. Mais les produits que le pays exporte en Europe doivent toujours répondre à ces normes. Cette nouvelle règle implique plus de bureaucratie, due notamment aux contrôles des chaînes de production, et les entreprises françaises vont devoir évaluer les coûts supplémentaires que ces démarches représentent. Pour autant, l’impact global devrait être modéré car la dépendance économique de la France vis-à-vis du Royaume-Uni est moindre et qu’elle peut se tourner vers ses autres partenaires européens.

  • Accord sur la pêche

30 % de la pêche française vient des eaux britanniques. Quel impact aura cet accord sur l'industrie hexagonale ?

Des quotas sur les différents types de poissons existent déjà pour réglementer la pêche entre Britanniques et Européens dans ces zones. L’accord prévoit une période de transition de six ans pour aboutir à une baisse de 25 % du quota de l’UE. Il n’y aura donc pas de choc économique mais une évolution dans la durée. A partir de 2026, l’accord prévoit des négociations annuelles. Pour autant, le rapport de force reste le même : le Royaume-Uni exporte massivement son poisson en Europe et doit faire des concessions pour ne pas voir réapparaître des tarifs et quotas.

  • Secteurs stratégiques

La construction aéronautique est le premier pôle d’échange entre la France et le Royaume Uni. Le Brexit va-t-il peser sur l’industrie française dans ce domaine ?

Il est vrai qu'il existe une collaboration économique particulièrement forte sur ce sujet mais il s’agit d’un domaine particulier où le politique joue un rôle important. L’aéronautique fait partie des secteurs stratégiques, comme les transports et l’automobile, qui bénéficient d’un accord spécifique pour préserver les échanges. Mais cette industrie est intrinsèquement liée au militaire et, dans ce domaine, l’impact du Brexit est plus flou. Le Royaume-Uni et la France sont les deux plus grosses puissances militaires en Europe. Londres se retire de l’UE et dit vouloir retrouver son autonomie en matière de défense. Cette décision pourrait pousser la France, qui défend l’idée d’une défense commune pour le bloc, à augmenter ses investissements militaires.

  • Effet global

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire table sur un impact économique limité pour la France (0,1 % de baisse de PIB en 2021). Partagez-vous cette analyse ?

Les échanges commerciaux avec le Royaume-Uni sont favorables à la France mais au global, ils ne représentent qu’une faible partie de son commerce extérieur : 50 milliards sur 500 milliards.

Pour ce qui est de l’impact du Brexit sur ces 50 milliards, l’effet devra être mesuré dans la durée en fonction des décisions britanniques. Il faut comprendre que le Brexit est avant tout un projet idéologique axé sur une vision fantasmée de la souveraineté. Boris Johnson prétend vouloir retrouver plus de compétitivité mais ce n’est pas possible puisque l’Europe, son principal partenaire commercial, exige le maintien des normes. Il va maintenant devoir trouver un équilibre entre idéologie et réalité économique.

Pour un pays comme la France qui a une faible croissance, une perte de PIB, même de 0,1 %, est forcément un problème. Mais au vu de l’ampleur de la crise sanitaire que nous traversons, cette perte paraît presque marginale.