"Un accord contre-nature" : les opposants à Gérard Collomb dénoncent son ralliement au candidat LR pour la présidence de la métropole lyonnaise

Mathilde Imberty

Le maire de Lyon Gérard Collomb a annoncé, jeudi 28 mai, à la surprise générale qu'il renonçait à la présidence de la métropole au profit du candidat Les Républicains François-Noël Buffet. En partie pour faire barrage aux écologistes qui ont survolé le premier tour des élections municipales, laissant loin derrière Gérard Collomb, investi par La République en marche.

David Kimelfeld est le premier à réagir parmi les candidats à l'élection métropolitaine. L'actuel président de l'agglomération lyonnaise a été placé là par Gérard Collomb quand il est parti à Paris pour être ministre de l'Intérieur. Les deux élus avançaient alors main dans la main. Depuis, le fossé se creuse. "Gérard Collomb, investi par LREM, passe un accord contre-nature et surtout contraire aux grandes valeurs humanistes de ce territoire et en particulier de Lyon, avec Laurent Wauquiez, la plus conservatrice des droites", déplore-t-il.

Une "coalition anti-climat"

"C’est aussi une alliance qui ne repose sur aucun projet. Le seul projet pour Gérard Collomb, c'est d'essayer de conserver quelques postes. Et pour Laurent Wauquiez, c'est de préparer sa réélection à la région Auvergne-Rhône-Alpes", dénonce David Kimelfeld, qui maintient ses listes au second tour, entre la nouvelle alliance Collomb-Les Républicains, et les écologistes donnés favoris. "Au premier tour, ils ont porté tous des propositions en voulant plus d'écologie, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi