Accord sur les céréales : l'UE "exhorte" Moscou à revenir sur sa décision

Huit mille frappes aériennes russes, 4 500 missiles lancés par l’armée du Kremlin sur l’Ukraine depuis le début de la guerre en février dernier, ces chiffres ont été avancés ce samedi par Volodymyr Zelensky qui a aussi dressé le bilan côté ukrainien.

"Depuis samedi 22 octobre, c'est-à-dire en une semaine, plus de 40 drones d'attaque iraniens ainsi qu’un nombre important de missiles russes ont été abattus. S’ajoute à cela, plusieurs avions et six hélicoptères d'attaque de l’occupant. Un tel résultat signifie des centaines de vies ukrainiennes sauvées et des dizaines d'infrastructures préservés", a précisé le président ukrainien lors de son allocution quotidienne.

Alors que Kyiv accuse la Russie de frapper des villes ukrainiennes à l'aide de drones fournis par Téhéran, Moscou a de son côté annoncé suspendre l'accord sur les exportations de céréales conclu avec l’Ukraine en juillet dernier sous l'égide de l'ONU et de la Turquie.

Cette décision fait peser à nouveau le spectre d'une famine à grande échelle en Afrique et en Asie. La Russie a justifié cette suspension par une attaque de drones qui a visé samedi matin la flotte russe de la mer Noire stationnée dans la baie de Sébastopol, en Crimée annexée.

L'UE "exhorte" Moscou à revenir sur sa décision, qui, selon le président ukrainien "ne date pas d'hier". Volodymyr Zelensky assure qu'au moins 176 navires transportant plus de deux millions de tonnes de céréales étaient déjà bloqués par l'occupant russe.

Sur le front Sud, les forces russes et ukrainiennes se préparent pour la bataille de Kherson, la capitale régionale occupée par Moscou.

Par ailleurs, des médias ukrainiens rapportent de nouveaux bombardements russes dans la nuit de samedi à dimanche sur Nikopol, ville portuaire située à quelques kilomètres seulement de la centrale nucléaire de Zaporijia.