Ukraine: des missiles russes sur le port d'Odessa, au lendemain de l'accord sur les céréales

Le port d'Odessa, en Ukraine, le 20 juillet 2022 - Bulent Kilic - AFP
Le port d'Odessa, en Ukraine, le 20 juillet 2022 - Bulent Kilic - AFP

Des frappes russes ont visé ce samedi le port d'Odessa, l'Ukraine accusant Vladimir Poutine d'avoir "craché au visage" de l'ONU et de la Turquie et de compromettre l'application de l'accord signé la veille sur la reprise des céréales bloquées par la guerre.

Odessa est la plus grande ville et le plus important port de toute la côte de la mer Noire, crucial pour la reprise des exportations de céréales ukrainiennes face aux risques de famines dans le monde.

En tirant des missiles de croisière sur le port d'Odessa, le président russe a "craché au visage du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui ont déployé d'énormes efforts pour parvenir à cet accord", a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Oleg Nikolenko.

L'Ukraine a aussitôt prévenu que la Russie assumerait "l'entière responsabilité" en cas d'échec de l'accord sur les exportations de céréales.

Reprise des frappes russes...

Un porte-parole de l'administration de la région d'Odessa, Serguiï Bratchouk, a affirmé que deux des missiles de croisière avaient été abattus par la défense antiaérienne.

Le centre de l'Ukraine n'a pas été épargné non plus avec une reprise ce samedi des frappes russes qui ont tué trois personnes, après une accalmie dans les combats qui se sont concentrés sur le Donbass, à l'est.

Treize missiles de croisière russes lancés depuis la mer sont tombés près de la ville de Kropyvnytskyi située dans la région de Kirovograd dans le centre, a annoncé son gouverneur Andriy Raikovytch. Il a précisé que des infrastructures ferroviaires et un aérodrome militaire ont été ciblés près de la ville de Kropyvnytskyi.

"Neuf militaires ukrainiens ont été blessés et un soldat a été tué", selon lui.

...au lendemain d'un accord sur les céréales

Ces frappes surviennent au lendemain de l'accord sur les céréales que les deux belligérants ont paraphé dans deux textes identiques mais séparés, à la demande des Ukrainiens qui refusaient de signer avec les Russes.

L'Union africaine s'était "félicitée" samedi de cet accord saluant un "développement bienvenu" pour le continent qui fait face à un risque accru de famine. L'accord doit permettre d'exporter entre 20 et 25 millions de tonnes de grain bloquées en Ukraine.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie - deux pays qui assurent notamment 30% des exportations mondiales de blé - a conduit à une flambée des cours des céréales et des huiles, frappant durement le continent africain très dépendant de ces pays pour son approvisionnement.

Crise alimentaire

Cette hausse des cours est venue aggraver la situation de pays déjà confrontés à une crise alimentaire, notamment dans la Corne de l'Afrique (Kenya, Ethiopie, Somalie, Djibouti) qui connaît sa pire sécheresse depuis 40 ans. Vendredi, le cours du blé a fortement chuté à Chicago et sur Euronext, retrouvant son cours d'avant la guerre en Ukraine, en réaction à l'accord.

La signature de ce texte âprement négocié sous les auspices des Nations unies et d'Ankara a eu lieu à Istanbul en présence notamment du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et du président Erdogan.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles