Un accident de Tesla tue deux personnes en Chine, l’entreprise dément tout problème mécanique

En Chine, une voiture Tesla a provoqué un accident mortel, mais la marque américaine nie tout dysfonctionnement mécanique.
NICOLAS ASFOURI / AFP En Chine, une voiture Tesla a provoqué un accident mortel, mais la marque américaine nie tout dysfonctionnement mécanique.

CHINE - Elon Musk fait une nouvelle fois parler de lui, mais ça n’a rien à voir avec les réseaux sociaux. L’entreprise Tesla, détenue par le nouveau patron de Twitter, vient d’annoncer ce dimanche 13 novembre qu’elle allait prend part à l’enquête policière ouverte en Chine, suite à un grave accident impliquant une voiture Model Y de la marque Tesla.

Survenu le 5 novembre à Chaozhou, dans la province du Guangdong (située dans le sud de la Chine), l’accident spectaculaire impliquant une voiture autonome Tesla avait provoqué la mort d’un cycliste et d’un lycéen à vélo et fait trois blessés dont le chauffeur âgé de 55 ans, selon l’agence Reuters.

Sur les images de l’accident disponibles sur les réseaux sociaux, on peut même suivre l’itinéraire emprunté par ce véhicule blanc, après ce qui semble être une perte de contrôle du véhicule. Après un court temps arrêt sur le bord de la route, la voiture démarre une course folle et incontrôlable dans les rues de Chaozhou. À pleine vitesse, la voiture termine finalement sa course en percutant une camionnette, avant de venir s’écraser contre un mur.

Deux versions des faits

Comme souvent dans ce genre d’accident, la responsabilité du fabricant américain a été mise en cause sur les réseaux sociaux, mais également par le conducteur de la voiture, à en croire le témoignage de l’un de ses proches. Selon le média américain Bloomberg, citant un utilisateur du réseau social chinois Weibo se présentant comme « un membre de la famille du conducteur », ce dernier aurait perdu le contrôle du véhicule sur les 2,6 kilomètres avant l’accident. Selon son témoignage, le conducteur aurait même essayé de se servir des freins, en vain.

Pourtant, à en croire les données extraites du véhicule par Tesla, rien ne semble prouver que la pédale de frein ait été enclenchée par le conducteur. Tesla s’appuie également sur les vidéos de surveillance évoquées plus tôt pour prouver ses dires : les feux de freinage de ce véhicule sport Model Y étaient éteints durant l’accident.

Malgré ces révélations du constructeur dans un communiqué, il assure qu’il « fournira activement toute aide nécessaire » à l’enquête de police locale mais ne reconnaît aucun dysfonctionnement ayant pu causer l’accident mortel. De son côté, la police chinoise cherche désormais par ses propres moyens à analyser mécaniquement le véhicule Tesla ainsi que les données enregistrées par le système à bord du véhicule dans les minutes précédant l’accident.

Actuellement la cible de nombreuses critiques depuis son rachat du réseau social Twitter et des nombreux changements opérés ou en cours sur « l’oiseau bleu », Elon Musk se retrouve avec une épine de plus dans le pied, suite à cette nouvelle affaire impliquant un véhicule de la marque. Le pays est le deuxième plus gros marché du monde pour la marque automobile, même si les exemples de défaillances et les réclamations sur des modèles Tesla se multiplient ces dernières années en Chine.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi