Accident sur les Champs-Élysées : quel effet a le protoxyde d'azote sur la santé ?

·3 min de lecture
Photo d'illustration

La conductrice qui a renversé 4 piétons venait de faire usage de protoxyde d'azote, un "gaz hilarant" qui inquiète les professionnels de santé.

Elle venait de se filmer en train en train de faire usage de ballons remplis de protoxyde d’azote à l’arrêt à un feu rouge. Quelques instants plus tard, selon ses propos, le pied de la conductrice aurait glissé de la pédale de frein à celle de l'accélérateur, alors que le feu était toujours au rouge. La voiture démarre en trombe et renverse un groupe de piétons, en blessant certains grièvement.

"Une défonce facile, pas chère"

De quoi relancer le débat sur les dangers du protoxyde d'azote, dont l'usage médical d'origine est détourné comme un gaz hilarant depuis plusieurs années. Un gaz que l'on trouve dans le commerce ou sur Internet assez facilement, sous forme de cartouches ou bonbonnes, par exemple pour les siphons de crème chantilly.

Dès son inhalation, les premiers effets euphorisants se font sentir. "On gonfle un ballon, ça a un côté bon enfant (....) C'est une défonce facile, pas chère, ça dure 30 secondes et les jeunes n'ont pas l'impression qu'à terme il pourrait y avoir des atteintes neurologiques persistantes", alerte auprès de l'AFP, Cécilia Solal, toxicologue et coordinatrice du rapport de l'Anses sur le protoxyde d'azote.

Le risque de problèmes neurologiques.

Parmi les effets indésirables recensés : des maux de tête, des vertiges, et des problèmes neurologiques persistants dans les cas les plus graves. Le rapport de l'Anses évoque, entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019, 66 intoxications au protoxyde d’azote dont 42 signalaient au moins un symptôme neurologique ou neuromusculaire tel que des paresthésies, des tremblements des extrémités ou des douleurs musculaires. 

Parmi les cas les plus graves, "un des patients avait fait un arrêt cardio-respiratoire avec découverte d’une pathologie cardiaque lors de son hospitalisation. Deux autres avaient présenté des épisodes de convulsions, avec pour l’un, un coma", poursuit le rapport de l'Anses.

Une loi interdit la vente aux mineurs

Depuis le mois de juin dernier, une loi interdit "de vendre ou d’offrir à un mineur du protoxyde d’azote, quel qu’en soit le conditionnement" et les sites de commerce en ligne doivent de leur côté spécifier l’interdiction de vente aux mineurs de ce produit.

En parallèle de cette interdiction, plusieurs infractions ont été relevées, dont une épicerie de Lille, rapportait La Voix du Nord en juillet dernier.

Un marché parallèle semble s'être développé, en témoignent les saisies relayées par les autorités ces derniers mois.

La maire du VIIIe arrondissement de Paris, où se trouvent les Champs-Elysées, réclame de son côté de revoir les règles du code de la route et de faire du protoxyde d’azote, comme l’alcool, “un produit à interdit à la consommation au volant”.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles