"Si on accepte de rembourser l’homéopathie, il faudrait accepter de rembourser la prière !"

La rédaction d'Allodocteurs.fr
La HAS a rendu son avis qui preconise de derembourser l'homeopathie. Le Pr Alain Astier, chef du service de pharmacie a l'hopital Henri-Mondor a Creteil, repond a nos questions sur ce sujet.

Pr Alain Astier : Absolument pas. Il s’agit d’un avis scientifiquement basé, objectif, qui est la réalité : l’homéopathie ne correspond à rien de scientifiquement prouvé. Comme tous les traitements classiques, l’homéopathie a un effet placebo ou nocebo, c’est admis. Mais d’un point de vue scientifique, aucune activité pharmacologique n’a été prouvée par la science. Les académies de pharmacie, de médecine et des sciences s’accordent d’ailleurs sur le fait qu’il faut arrêter de dire que l’homéopathie est un médicament car elle ne contient pas de substances possédant une activité démontrée par un processus scientifique.

Tous les médicaments ne sont pas efficaces mais ils ont tous une autorisation de mise sur le marché, ce qui n’est pas le cas de l’homéopathie et dans ces conditions ce n’est pas un médicament. Il s’agit au mieux d’une alternative, comme l’apposition des mains, la croyance, la prière ou la prise en charge psychologique. Ce n’est pas négatif mais ce n’est pas un médicament. Et en terme de remboursement, la collectivité n’a pas à rembourser quelque chose qui n’est pas un médicament, surtout qu’il s’agit d’une dépense non négligeable d’environ 130 millions d’euros. Si on accepte de rembourser l’homéopathie, il faut alors accepter de rembourser la prière, car on est dans la même notion de croyance.

J’ose maintenant espérer que la ministre de la santé Agnès (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi