Abus sexuels: le pape refuse la démission de l'archevêque de Munich

·4 min de lecture

Le pape François a rejeté jeudi la demande de démission de l'archevêque de Munich, Reinhard Marx, offrant un appui marquant à un influent réformateur qui dénonce avec force l'échec de l'Eglise allemande face aux abus sexuels.

"Continue comme tu le proposes, mais comme archevêque de Munich", a écrit le pape dans une lettre très affectueuse au cardinal, qui fait aussi partie de sa garde rapprochée.

L'archevêque de Munich a dit accepter la décision du pape François "par obéissance" tout en se disant "surpris" du choix de François.

"Je ne m'attendais pas à ce qu'il réagisse aussi rapidement, ni à ce qu'il décide que je poursuive" mes fonctions, a-t-il expliqué dans un communiqué, soulignant que cette décision constituait "un grand défi".

Reinhard Marx avait adressé une missive au pape le mois dernier pour être déchargé de ses fonctions, soulignant "l'échec" de l'Eglise catholique allemande face à "la catastrophe des abus sexuels".

Il avait fustigé un "échec institutionnel ou systémique" dans le vaste scandale qui éclabousse aussi l'Eglise catholique allemande, critiquant des prélats allemands s'opposant "à tout dialogue de réforme et de renouvellement". Le prélat de 67 ans, loin de l'âge classique de la retraite à 75 ans, jugeait aussi que l'Église catholique est arrivée à "un point mort".

"Cher frère, merci pour ton courage. C'est un courage chrétien (...) qui n'a pas peur d'être humilié face à la terrible réalité du pêché", lui a répondu le pape dans sa lettre très personnelle écrite en espagnol et publiée en allemand. "Assumer la crise, personnellement et communautairement, est la seule voie fructueuse", y estime François, pour qui "la politique de l'autruche ne mène nulle part".

"La triste histoire des abus sexuels" est une "catastrophe" pour l'Eglise, a poursuivi François qui a exhorté tous les évêques du monde à se demander: "Que dois-je faire face à cette catastrophe ?". Il a ainsi appelé à une "réforme" qui "ne repose pas sur des mots mais des attitudes", afin d'"assumer la réalité quelle qu'en soit la conséquence".

"Les silences, les omissions, accorder trop d'importance au prestige des institutions ne conduisent qu'à l'échec personnel et historique et nous mènent à vivre avec +des squelettes dans le placard+", a encore asséné le souverain pontife.

Pour Roland Juchem, un spécialiste écrivant pour l'agence de presse catholique allemande KNA, "le pape souhaite, par cette lettre publiée dans le bulletin officiel du Vatican, envoyer un message à l'ensemble de l'Eglise sur la marche à suivre sur les abus sexuels en prenant exemple sur le cardinal Marx".

Archevêque de Munich et de Freising depuis 14 ans, Reinhard Marx avait récemment refusé une importante distinction allemande, la Croix fédérale du Mérite, que voulait lui remettre le président allemand Frank-Walter Steinmeier.

- Scandale dans le diocèse de Cologne -

Il fait partie d'un conseil restreint de cardinaux conseillant le pape sur les réformes de la Curie romaine. Il coordonne aussi au Vatican le Conseil pour l'économie chargé de veiller à la bonne gestion financière du Saint-Siège.

En 2019, lors d'un sommet inédit au Vatican de présidents de conférences épiscopales consacré aux scandales d'abus sexuels sur mineurs, Reinhard Marx fut une personnalité en pointe pour réclamer davantage de transparence sur la question.

L'année précédente, il avait présenté les excuses de l'Église allemande après un rapport révélant des abus sexuels sur plus de 3.600 mineurs pendant des décennies.

Cette demande de démission de Reinhard Marx intervenait alors que le pape François a ordonné fin mai une enquête du Vatican sur le traitement de cas d'agressions sexuelles de mineurs au diocèse de Cologne, le plus grand d'Allemagne, secoué par une grave crise depuis des mois.

Le pape a ainsi nommé deux envoyés pontificaux extraordinaires, chargés "d'éventuelles d'éventuelles fautes" du cardinal Rainer-Maria Woelki et d'autres prélats du diocèse.

Le cardinal Woelki, un conservateur dans les rangs de l'Eglise, est accusé notamment d'avoir longtemps couvert deux prêtres de la communauté religieuse de Dusseldorf soupçonnés de violences sexuelles.

Un rapport accablant, rendu public en mars, avait révélé que des centaines de mineurs avaient subi des violences sexuelles dans le diocèse de Cologne entre 1975 et 2018, et que plusieurs responsables religieux s'étaient tus.

Les révélations sur ce scandale s'étaient notamment traduites par une fuite en masse des fidèles.

cm-yap/mr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles