Abus sexuels : Éric Dupond-Moretti prévient, « La justice ne se rend pas sur les réseaux sociaux »

·1 min de lecture

« Bien sûr, la parole qui se libère, c’est extraordinairement important. Pour autant, la justice ne se rend pas sur les réseaux sociaux. » Sur franceinfo ce vendredi 5 février, Éric Dupond-Moretti a tenu à faire une mise au point, alors que les hashtags Meetooinceste et Meetoogay ont émergé dans le sillage des révélations de Camille Kouchner qui accuse son beau-père Olivier Duhamel d’inceste dans son livre La familia grande. Après le producteur Gérard Louvin et son mari, c’est au tour de Richard Berry d’être visé par des accusations. Dans ce contexte, le ministre de la Justice a rappelé que cette dernière « ne se rend pas dans la rue, sur les plateaux de télévision » ou sur Internet. Interrogé sur l’affaire Richard Berry, accusé d’inceste par sa fille aînée, Coline, Éric Dupond-Moretti a rappelé que « le garde des Sceaux ne peut pas commenter une affaire en cours ».

S’agit-il d’un tribunal médiatique ou des réseaux sociaux ? « Les réseaux sociaux imposent leur loi. Élisabeth Badinter s’en est plaint dans un article publié cette semaine dans L’Obs, c’est un véritable danger. Laissons la justice faire son travail », a tranché Éric Dupond-Moretti. Dans le cas de Richard Berry, les faits qui lui sont reprochés, datant du milieu des années 1980, semblent prescrits. L’acteur dément fermement. Sa fille Coline, âgée de 45 ans, avait entre 8 et 10 ans lors de ces faits qu’elle a relatés dans sa plainte consultée par Le Monde. Elle évoque des « jeux sexuels » avec son père et Jeane Manson, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« C’est navrant » : La ministre Frédérique Vidal qui n'a pas convaincu le clan Macron
PHOTOS - Un si grand soleil : avec qui les acteurs sont-ils en couple ?
Flashback - Guy Lux : sa double vie avec Muriel Montossey révélée par la mort de leur enfant
Mike et Zara Tindall : pourquoi ils ne veulent pas connaître le sexe de leur 3e enfant
"Ca allait devenir l’émeute" : pourquoi Michel Cymes n'a pas été honnête sur les masques