«Tous les abus sont permis» : les centres de santé dans le collimateur de la justice pour des soupçons de fraude

© Laure Boyer / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ils pullulent dans les grandes villes et leurs banlieues. Les centres de santé font l'objet de nombreuses critiques dans le secteur de la santé. Les curations et soins bâclés pratiqués dans certains de ces centres sont pointés du doigt. Deux d'entre eux viennent de fermer temporairement leurs portes en région parisienne à Trappes et au Blanc-Mesnil à la suite d'une double enquête administrative et judiciaire. Certains de ces centres sont déconventionnés, leurs soins ne sont plus pris en charge par l'Assurance Maladie afin de pousser les usagers à ne pas s'y rendre. À Trappes, dans les Yvelines, les usagers du centre sont désemparés.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Des patients surpris

Derrière les vitres opaques qui servent de devanture au centre médical, le rideau de fer est baissé. Surprise totale pour Mohamed, un habitant du quartier, qui apprend le soupçon de fraude qui pèse sur le centre. "Je suis venue me faire soigner pour les dents. Il n'y avait rien qui m'a paru suspect. Je suis surpris d'apprendre qu'une enquête est en cours", explique-t-il au micro d'Europe 1.

Un million d'euros à l'Assurance Maladie

Double facturation, examens superflus, ces méthodes auraient coûté, après enquête, un million d'euros à l'Assurance Maladie en seulement neuf mois d'activité. Fatima, une habitante du quartier, s'étonne de ces pratiques douteuses. Elle vantait, jusque là, l'honnêteté des praticiens. "Mon médecin m'a conseillé de venir pour un blanchiment d...


Lire la suite sur Europe1