Abstention: Jean Castex prend la situation "tout à fait au sérieux"

·2 min de lecture
Le Premier ministre Jean Castex à sa sortie du Palais de l'Élysée le 9 juin 2021. - Ludovic Marin
Le Premier ministre Jean Castex à sa sortie du Palais de l'Élysée le 9 juin 2021. - Ludovic Marin

Les chiffres restent extrêmement élevés. Ce dimanche dans le cadre du second tour des élections régionales et départementales, l'abstention a connu un taux d'abstention de 66%, soit un pourcentage quasi identique au premier tour et proche du record sous la Ve République, observé le 24 septembre 2000 lors du référendum sur le quinquennat, avec 69,8%.

Face à ce phénomène préoccupant, le Premier ministre Jean Castex a affirmé lundi qu'il prenait la situation "tout à fait au sérieux". Le président de l'Assemblée nationale a d'ailleurs annoncé mardi dernier des initiatives" pour cette semaine, a déclaré le chef du gouvernement lors d'une réunion de l'Assemblée parlementaire franco-allemande en visio-conférence.

"Parfaitement mobilisés"

Interrogé par le député allemand Norbert Kleinwächter, du parti d'extrême droite AfD, qui a vu dans les résultats des scrutins "l'expression d'un grand désespoir des Français".

"Nous sommes parfaitement mobilisés pour que la démocratie française fonctionne au mieux", a ajouté Jean Castex, qui a aussi relativisé le "très fort taux d'abstention", faisant le lien avec l'épidémie de Covid-19.

"Nous sommes encore dans cette crise (sanitaire). Ce taux d'abstention avait déjà été très fort lors des municipales de 2020", avec plus de 58% au second tour, a-t-il souligné.

Accroissement linéaire

Ainsi l'accroissement de l'abstention aux régionales de 2021 par rapport à celles de 2015 "est à peu près le même que celui que nous avons constaté pour les municipales de 2020 par rapport à celles de 2014", a assuré le Premier ministre.

Et ce, "alors même que les dernières élections qui s'étaient tenues avant la survenue de la crise, c'est-à-dire les européennes de 2019, qui étaient traditionnellement marquées par un fort taux d'abstention, se sont concrétisées en France par une diminution de l'abstention", passée de près de 58% à 50%.

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand (LaREM), avait introduit la réunion en évoquant le modèle démocratique, "bien précieux et fragile, qu'il nous faut sans doute renouveler afin que nos régimes représentatifs gardent leur vitalité".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles