Abstention: pour Dupont-Aignan, les Français ne votent plus parce que "le vote ne sert plus à rien"

·1 min de lecture
Pour Dupont-Aignan,
Pour Dupont-Aignan,

Pour expliquer les records d'abstention, Nicolas Dupont-Aignan a une explication simple. Invité sur le plateau de BFMTVSD ce dimanche soir, le président de Debout la France a estimé que si les Français ne se déplaçaient plus aux urnes, c'était parce que le vote, en l'état actuel des choses, "ne sert plus à rien":

"Je suis convaincu que les Français ne votent pas parce qu'ils élisent un président, un Parlement, mais qui obéit à Bruxelles, qui obéit à Berlin, qui obéit aux multinationales. Et c'est ça le coeur de ma campagne et de ma candidature: reprendre le pouvoir pour qu'on puisse agir", déclare le député eurosceptique de l'Essonne.

"Capacité à gouverner"

Pour défendre sa candidature à la présidentielle de 2022, Nicolas Dupont-Aignan a assuré qu'il voulait representer une "troisième voie", une alternative face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui selon lui seraient "incapables de bien gouverner":

"Je crois que les Français ont très bien compris entre Macron, qui a été incapable de mettre en oeuvre ce qu'il a promis, et Le Pen, qui en est incapable", estime Nicolas Dupont-Aignan sur notre plateau. "L'enjeu c'est la capacité à gouverner, à reprendre vraiment le pouvoir, aller au bout de cette logique et bien gouverner."

Pour mettre en avant qu'il était, lui, capable de gouverner, le député s'est appuyé sur son expérience de maire de la commune de Yerres (Essonne). Reste à savoir si le candidat de Debout La France parviendra à convaincre avec cette promesse d'une alternative. En 2017, il n'avait pas réussir à atteindre le second tour, en recueillant seulement 4,70% des voix.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles