Abroger la réforme des retraites, augmenter le smic… jusqu'où peut-on gouverner par décret ?

Arrivé en tête des élections législatives avec une courte avance, le Nouveau Front populaire espère voir le prochain Premier ministre nommé dans ses rangs. Et sans majorité absolue, il a avancé l'idée de faire passer une partie de son programme par décret. Une possibilité prévue par la Constitution, mais qui reste en réalité très limitée. Explications.

Il n’y aura "aucune négociation", "le NFP appliquera son programme, rien que son programme, mais tout son programme [...]. Dès cet été, les mesures prévues par ce programme peuvent être prises par décret, sans vote", a assuré le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, dès le soir du 7 juillet.

Avec 182 députés élus, le Nouveau Front populaire est devenu la première force de l'Assemblée nationale. Depuis, et même si le président de la République a décidé de maintenir Gabriel Attal dans ses fonctions pour le moment, la gauche revendique Matignon et promet de fournir prochainement un nom pour le poste de Premier ministre.

"Avant tout, le premier prérequis, c'est qu'un Premier ministre soit effectivement nommé dans les rangs du Nouveau Front populaire", note Bruno Daugeron, Professeur de droit public à l’Université Paris Cité, rappelant que rien ne le garantit à l'heure actuelle.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
L'incertitude demeure après les législatives, Gabriel Attal maintenu "pour le moment"
Cohabitation, coalition, gouvernement "technique"... quels scenarios après les législatives ?
Législatives 2024 : pour le Nouveau Front populaire, le plus dur commence