Abou Dhabi assouplit les règles islamiques liées aux libertés individuelles

·1 min de lecture

Le président des Émirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, a approuvé ce week-end une série d’amendements au code pénal. Une loi protégeant les auteurs de « crimes d’honneur » a notamment été abolie. Ces réformes visent à assouplir les règles islamiques liées aux libertés individuelles. Elles montrent aussi la volonté du pays de se présenter comme une destination idéale pour les visiteurs internationaux.

Avec notre correspondant à Dubaï, Nicolas Keraudren

C‘est un nouveau signe d‘ouverture envoyé par les autorités des Émirats arabes unis. Samedi, une série d‘amendements au code pénal a en effet été approuvée par les autorités du pays. Les couples non mariés sont par exemple désormais autorisés à vivre ensemble. Les sanctions liées à la consommation d’alcool ont été allégées. Tandis que celles liées au viol et au harcèlement sexuel ont été renforcées.

À noter également que cette vaste réforme permet à présent aux résidents étrangers d‘utiliser les lois de leur pays d'origine pour traiter de certaines questions comme l'héritage ou encore le divorce. Ces mesures facilitent donc la vie des expatriés sur place. Mais elles visent aussi à attirer les touristes et résidents dans un pays où près de 90% de la population est étrangère.

Ces dernières semaines, les autorités des Émirats arabes unis avaient d‘ailleurs multiplié les appels du pied à leur égard. Des visas de retraite ou encore de télétravail sont proposés par l‘émirat de Dubaï dans le contexte de la pandémie de Covid-19.