Abidjan exige la libération des militaires détenus au Mali et en appelle à la Cédéao

Abidjan exprime son indignation et exige la libération « sans délais » des 46 militaires détenus au Mali depuis deux mois. Dans une déclaration lue ce mercredi après-midi devant les médias, les autorités ivoiriennes dénoncent officiellement ce qu’elles estiment être « une prise d’otage ». En effet, les autorités maliennes exigent l’extradition de responsables politiques maliens établis en Côte d’Ivoire, en « contrepartie » de la libération des militaires ivoiriens. Une requête mal perçue par les autorités d'Abidjan, qui ont tenu un Conseil national de sécurité ce mercredi matin.

Avec notre correspondante à Abidjan, Bineta Diagne

Dans cette déclaration, les autorités réitèrent leur version des faits : les 49 militaires envoyés au Mali ne sont pas des mercenaires, ils appartiennent au 8e détachement de la Minusma. Les autorités ivoiriennes regrettent des « incompréhensions et des manquements » qui ont conduit à leur arrestation.

À lire aussi : Militaires ivoiriens détenus au Mali : Abidjan dénonce une « prise d'otages »

Le Conseil national de Sécurité dénonce, par ailleurs, les conditions posées par Bamako pour libérer les 46 soldats toujours en détention : Abidjan critique un « chantage inacceptable », et rappelle que la Côte d’Ivoire est un pays « attaché à la paix, à la stabilité et à l’État de droit dans la sous-région. »


Lire la suite sur RFI