"Une aberration" : cette décision d'Edouard Philippe qui ne passe pas

Les Français sont pendus aux lèvres du premier ministre. Ce mardi 28 avril, Edouard Philippe doit présenter devant l'Assemblée nationale le plan demandé par le président pour permettre au déconfinement de démarrer le 11 mai prochain. Emmanuel Macron avait donné deux semaines, le délai est parfaitement respecté. Dans les rangs du gouvernement, la pression ne retombe pas. On le sait, le déconfinement sera une étape décisive pour la majorité : l'erreur n'est pas envisageable. Pourtant, les mesures ne sont pas encore présentées que déjà, la colère gronde sur les bancs de l'Assemblée. Un changement dans le calendrier scandalise certains députés.

Ce 28 avril, c'était un débat sur la question du traçage numérique qui devait avoir lieu. Le vote du plan de déconfinement dans son ensemble devait se dérouler le 5 mai. Samedi soir, le cabinet du premier ministre a décidé de tout bousculé rapporte Le Monde. Il n'y aura qu'un débat et qu'un vote ce mardi. Une situation qui ne passe pas parmi les députés. "Ceux qui souhaitaient marquer leurs oppositions sur ce sujet (celui du traçage numérique) ne pourront pas le faire. C’est une aberration et un véritable biais démocratique", explique Guillaume Chiche, député des Deux-Sèvres (LRM) au quotidien.

Du côté du premier ministre, on explique que le timing très serré oblige à aller vite. On invoque même la possibilité de donner plus de temps aux collectivités locales de s'organiser en votant le plan dès le 28. Mais pour certains, Matignon cherche avant

Retrouvez cet article sur GALA

Le milliardaire Ben Goldsmith de nouveau papa : son bébé miracle 9 mois après la mort tragique de sa fille
Christian Clavier : pourquoi Marie-Anne Chazel n'a jamais voulu l'épouser
Kim Jong-un : quand il exigeait un harem pour son bon plaisir
La tombola des stars solidaires : gagnez le jeans de Charlotte Gainsbourg, les lunettes de Maître Gims
PHOTOS - Kate Middleton : focus sur ses plus beaux looks de printemps