Des abattoirs américains à l'arrêt après une cyberattaque imputée à la Russie

·1 min de lecture
DES ABATTOIRS AMÉRICAINS À L'ARRÊT APRÈS UNE CYBERATTAQUE IMPUTÉE À LA RUSSIE

par Tom Polansek et Mark Weinraub

CHICAGO (Reuters) - L'entreprise JBS, le plus important préparateur mondial de viande, a stoppé mardi les activités d'usines nord-américaines après avoir été victime d'une attaque informatique au cours du week-end, laissant crainte des problèmes d'approvisionnement et une hausse supplémentaire des prix des produits alimentaires.

Une porte-parole de la Maison blanche a indiqué que l'administration du président américain Joe Biden échangeait avec la Russie, où JBS dit avoir localisé l'origine de la cyberattaque. La Maison blanche coordonne les efforts pour répondre à l'incident, sur lequel le FBI enquête.

Dans un communiqué publié lundi, jour où les opérations de JBS ont été suspendues en Australie suite à l'attaque, l'entreprise a indiqué avoir déterminé dimanche être "la cible d'une attaque organisée de cybersécurité, affectant certains des serveurs abritant les systèmes informatiques nord-américain et australien".

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès de JBS sur la nature de l'attaque ou la raison pour laquelle l'activité des abattoirs a été suspendue.

Cette attaque survient quelques semaines après que Colonial Pipeline, le principal exploitant américain d'oléoducs, a été victime d'une attaque informatique avec demande de rançon ("ransonware attack") ayant paralysé l'acheminement d'essence dans le sud-est des Etats-Unis pendant plusieurs jours. Selon Washington, les pirates informatiques étaient basés en Russie.

La pénurie de main-d'oeuvre provoquée par la crise sanitaire du coronavirus et la hausse des importations chinoises de viande ont provoqué une hausse des prix, et celui du boeuf pourrait encore augmenter aux Etats-Unis suite à la cyberattaque.

(Caroline Stauffer, Tom Polansek et Mark Weinraub à Chicago, avec Jeff Mason à Washington, Ana Mano à Sao Paulo; version française Jean Terzian)