«On est abasourdis» : à Arras, l'incompréhension des collègues de l'agent du fisc tué

L'émotion est toujours vive à Arras. C'est dans la préfecture du Pas-de-Calais que travaillait l'inspecteur des finances publiques, tué ce lundi à Bullecourt , et sa collègue, qui a été ligotée. Pour le moment, la piste de l'acte prémédité est évoquée par le procureur . Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal s'est rendu sur place pour soutenir les agents sous le choc. Ce mardi, le centre des finances publiques est resté fermé toute la journée. Un peu moins de 200 agents y travaillent, tous profondément meurtris par ce drame.

"On est tous accablés, on ne comprend pas"

"Il y a une émotion énorme, on est tous accablés, on ne comprend pas", confie le co-secrétaire départemental de la CGT des finances publiques du Pas-de-Calais Michael Golpart, au micro d'Europe 1.

>> LIRE AUSSILes réseaux sociaux, nouvelle arme du fisc pour traquer les fraudeurs

"Sincèrement, depuis hier (lundi), on est abasourdis, ni plus ni moins. On n'a peu dormi, on n'est pas bien, on est en souffrance", continue le syndicaliste, qui ajoute que le geste, tellement atroce, est au-delà de l'indicible. Beaucoup se demandent comment un agent peut-il mourir lors d'un contrôle fiscal. L'agent tué, Ludovic Montuelle, avait 43 ans .

Un hommage rendu ce mercredi

Désormais, lui et ses collègues craignent d'avoir la boule au ventre. "La mission d'accueil va subir le contre-coup des évènements qu'on a connus", reconnait Michael Golpart. Selon lui, "il y a des gens capables de passer à l'acte. C'est un prob...


Lire la suite sur Europe1