Abandonnons la «guerre à la drogue»: le sujet, c'est comment mettre en place la légalisation

Toute la question est de savoir si notre société souhaite reprendre le contrôle sur un phénomène qui lui échappe totalement. | Daniel Norin via Unsplash
Toute la question est de savoir si notre société souhaite reprendre le contrôle sur un phénomène qui lui échappe totalement. | Daniel Norin via Unsplash

Cette année électorale aura été l'occasion de rendez-vous manqués entre la société et des sujets centraux pour son avenir. Celui de la maîtrise par la puissance publique des flux de substances psychoactives et des marchés qui leurs sont propres a été quasiment ignoré. Aux quatre coins du monde, le nombre comme la quantité de substances produites augmente sans cesse. Cependant, les laboratoires de production tournent à plein régime et nous regardons ailleurs. La présidentielle n'a pas permis de lancer un quelconque débat sur les drogues. Le problème, propice à la caricature, mérite d'être précisé dans ses termes.

Un demi-siècle de retard

Un constat s'est imposé dans le débat public: nos sociétés sont en déroute face au pullulement des substances psychoactives. Les déclarations martiales du ministre de l'Intérieur s'inscrivent dans un demi-siècle d'un modèle stratégique dont on conçoit aisément qu'il soit difficile à dépasser mais dont on sait, intellectuellement et empiriquement, qu'il se heurte à un échec constant. Dans toutes les sociétés, des voix s'élèvent désormais pour demander une autre approche du sujet. Médecins, policiers, militants associatifs: nombreux sont les acteurs d'une remise en cause de la façon dont nous envisageons le sujet aujourd'hui.

Les méfaits d'un cannabis trop chargé en THC, la molécule qui produit les effets recherchés, ne sauraient être niés ou mésestimés.

Comment encadrer, réduire, régler un problème qui ne fera que croître à l'avenir, celui des addictions dans la société?

Or, la loi de 1970, à laquelle s'ajoute le refus des moyens de ses propres buts, fait office de ligne Maginot devant le problème endémique des addictions. Le débat n'est pas entre ceux qui scandent «Plus de cannabis, moins de police» et ceux qui clament que le cannabis occasionne systématiquement...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles