"On est des abandonnés" : d'anciens employés de l’armée française bloqués en Afghanistan

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président Emmanuel Macron s’est engagé à les protéger, lors de son allocution, lundi soir : les interprètes, magasiniers, cuisiniers ou chauffeurs employés par l’armée française lors de ses opérations en Afghanistan. Car ces derniers sont particulièrement menacés depuis le retour des talibans au pouvoir et l'inquiétude grandit sur place. Ils seraient en effet au moins une centaine, en lien avec l’Association des anciens auxiliaires de l’armée française. Et c’est sans compter ceux qui ont déjà été tués, ceux partis sur les routes migratoires ou encore ceux qui se sont terrés, éloignés des réseaux de solidarité.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"On est des abandonnés, on n’a rien, même pas de visa", déplore un père de famille qui a exercé comme traducteur pendant quatre ans aux cotés des soldats français. Une "trahison" pour les talibans. "J’espère que la France va nous aider. C’est urgent. Si elle ne nous aide pas maintenant, ce sera trop tard, on sera tués par les talibans. On ne peut rien faire, il faut qu’on attende et qu'on espère", souffle-t-il.

"Ils ne savent que tuer"

Mais les minutes paraissent des heures depuis l’allocution du chef de l'État, lundi. Cloitrée chez elle, son portable toujours à portée de main, cette jeune médecin qui a un jour travaillé pour l’armée française voit les avions militaires s'envoler avec son espoir. "Je reste à la maison. J’attends l’appel de l’ambassade française, sa décision. La nuit, je ne dors pas pa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles