Abandon des poursuites pour attouchements sexuels contre Andrew Cuomo

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Andrew Cuomo
    Andrew Cuomo
    Gouverneur de l'État de New York de 2011 à 2021

Le procureur d’Albany a abandonné la poursuite pour attouchements sexuels retenue contre l’ancien gouverneur Andrew Cuomo, estimant ne pas détenir suffisamment d’éléments malgré le témoignage «crédible» de la plaignante.

Mardi, le procureur d’Albany, David Soares, a annoncé avoir abandonné les poursuites pour agression sexuelle retenues contre l’ancien gouverneur de New York Andrew Cuomo. Le démocrate était accusé d’«attouchement forcé» et devait comparaître devant la justice vendredi, soupçonné d’avoir touché la poitrine d’une employée du bureau du gouverneur en passant sa main sous sa chemise de force, en décembre 2020. Tout en assurant que le témoignage de la plaignante était «crédible», David Soares a estimé ne pas avoir suffisamment de preuves pour démontrer la culpabilité d’Andrew Cuomo «au-delà de tout doute raisonnable». Il encourait un an de prison. Il s’agit du troisième procureur à annoncer l’abandon de poursuites retenues contre Andrew Cuomo, qui ne sera pas non plus poursuivi pour avoir dissimulé certains chiffres de contaminations au Covid-19 dans des maisons de retraite de New York.

Andrew Cuomo, accusé de harcèlement sexuel et d’agression par une demi-douzaine de femmes, a démissionné de son poste en août dernier après la publication d’un rapport ravageur mené par le bureau de la procureure générale de New York Letitia James . Son frère Chris Cuomo, une des stars de CNN, a été licencié de la chaîne pour lui avoir prodigué des conseils au plus fort des accusations .

"Un environnement de travail toxique qui a rendu possible le harcèlement"

«L'enquête indépendante a conclu que le gouverneur Andrew Cuomo a harcelé sexuellement plusieurs femmes et, ce faisant, a violé la loi fédérale et celle de l'État», avait-elle déclaré, évoquant «des baisers et des étreintes non désirés», «des commentaires inappropriés» et «des mesures de représailles à l'encontre d'au moins une employée pour avoir témoigné». «L'équipe exécutive du(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles