À Vichy, le douloureux travail de mémoire sur la guerre de 39-45

Lucie Hennequin
·Journaliste, Le HuffPost
·1 min de lecture
À Vichy, le douloureux travail de mémoire sur la guerre de 39-45
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

HISTOIRE - Parfois, le passage de la mémoire à l’Histoire semble difficile. Quand elle est douloureuse, la mémoire peine à se mouvoir. À évoluer en connaissance et reconnaissance. La ville de Vichy (Allier), choisie par le Maréchal Pétain pour y installer son gouvernement durant l’Occupation entre 1940 et 1944, en sait quelque chose.

Plus de 75 ans plus tard, Vichy se bat encore contre sa propre peur. Peur d’être stigmatisée, au sortir de la guerre, comme une ville de “collabos”. Peur que son statut de “victime” de la guerre ne soit pas reconnu. Peur d’être associée à jamais au régime de Pétain, quand la France elle, résistait depuis Londres.

Aujourd’hui encore, le travail mémoriel est complexe. Aucun musée consacré à la Seconde Guerre mondiale n’y a été érigé. Les lieux emblématiques de la collaboration, comme l’Hôtel du Parc où logeait Pétain, ne sont pas indiqués. Ils sont devenus pour la plupart des immeubles d’habitation.

Cet article fait partie de notre dossier “La mémoire en mouvement”. Alors qu’Emmanuel Macron a souhaité élaborer une liste de personnalités pour mieux représenter “la diversité de notre identité nationale”, Le HuffPost se plonge dans l’histoire de France et dans l’actualité pour interroger notre mémoire collective.

ÉPISODE 1 - Renommer une rue? Ces élus locaux expliquent pourquoi ce n’est pas si simple

ÉPISODE 2 - À Paris, les statues de femmes sont rares, mais en plus elles sont problématiques

ÉPISODE 3 - Que faire de Colbert? Quand les députés s’interrog...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.