Un Alexei Navalny géant sur un mur de Saint-Pétersbourg repeint par les autorités

Suzana Nevenkic
·2 min de lecture
Un Alexei Navalny géant sur un mur de Saint-Pétersbourg repeint par les autorités
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

RUSSIE - Les autorités russes ont rapidement recouvert une grande fresque de l’opposant politique emprisonné, Alexei Navalny, ce mercredi 28 avril, après qu’elle soit apparue pendant la nuit sur un immeuble du centre de Saint-Pétersbourg.

Cette peinture murale n’est pas passée inaperçue puisqu’elle a été faite dans la ville natale du président Vladimir Poutine, à Saint-Pétersbourg. La fresque montre le portrait d’Alexei Navalny souriant, ses mains forment un cœur et surtout un slogan engagé a été ajouté: “Le héros d’un nouveau temps”. Un habitant du quartier est convaincu par cette oeuvre: “C’est une performance, c’est du street-art, je n’y vois rien de mal! Peindre de mauvaises choses sur les murs est mal, mais peindre de bonnes choses est utile et bon pour attirer l’attention du public”.

Du street-art qui n’est pas du goût des autorités puisque la police est arrivée sur les lieux à 9 heures du matin, heure locale, et des agents d’entretien sont arrivés pour repeindre avec de la peinture jaune par-dessus la fresque anonyme. En 90 minutes, la peinture avait entièrement disparu. Lyubov Sobol, une alliée de Navalny, s’est moquée des autorités sur son compte Twitter: “C’est ainsi qu’ils transforment tout ce qui est vivant et beau en impersonnel et mort. Pour nous, la Russie doit être le bonheur, pour eux, c’est la morosité et la stagnation”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Alexei Navalny, l’opposant numéro 1 à Vladimir Poutine, purge une peine de deux ans et demi de prison pour violations de sa libération conditionnelle sur une précédente condamnation.

Face à l’aggravation de son état de santé,...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.